webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation Notre approche Nos départements Nos avocats Nos distinctions Nous contacter Equipe immobilier Agenda / évènements Nos événements Autres événements Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Réseau Simon Avocats Actifs / Propriete Immobilière Aménagement / Urbanisme Baux Civils / Commerciaux Construction / Responsabilité Des Constructeurs Copropriété Gestion Immobilière / Professions Immobilières Fiscalité International Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre de l'immobilier
L'actualité juridique et économique des acteurs de l’immobilier par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >Copropriété Gestion Immobilière / Professions Immobilières

Autorisation d’agir en justice donnée au syndic : Nécessité d’indiquer l’identité des personnes à assigner ?

Cass. civ. 3ème, 23 janvier 2020, n°19-11.863

Il résulte de l’article 55 du décret du 17 mars 1967 que l’autorisation d’agir en justice donnée au syndic vaut, à défaut de limitation des pouvoirs de celui-ci, à l’égard de l’ensemble des personnes concernées par l’obligation dont il est demandé le respect. A ce titre, il n’est pas imposé que, dans l’autorisation d’agir en justice donnée au syndic par une assemblée générale, l’identité des personnes à assigner soit précisée, dès lors que cette identité est déterminable.



Dans cette affaire, un promoteur a acquis plusieurs terrains en vue d'y édifier un immeuble de logements qu'il a ensuite vendus en l'état futur d'achèvement. Une résidence a été édifiée et un règlement de copropriété a été établi le 19 décembre 2011. Il était prévu que l’une des parcelles, constituée de parkings et d'une partie de la voie de circulation qui dessert d'autres copropriétés, serait rétrocédée à une association syndicale libre (ASL), ayant pour objet l'acquisition et l'entretien des équipements communs dont les voies de circulation. Cette ASL était composée de copropriétaires de plusieurs résidences voisines ainsi que de deux syndicats des copropriétaires.

L’un des syndicats des copropriétaires membre de l’ASL, se plaignant de ce que des arceaux, installés sur la voie qui traverse la parcelle, empêchaient la libre circulation des membres de l’ASL, a assigné le syndicat des copropriétaires de la résidence nouvellement édifiée, le promoteur et l'ASL pour obtenir leur condamnation à signer les actes notariés emportant rétrocession de la parcelle, ainsi qu’à enlever les arceaux.

En défense, le syndicat des copropriétaires a soulevé l'exception de nullité tirée du défaut d'autorisation d'agir en justice donnée au syndic par le syndicat des copropriétaires demandeur.

La cour d’appel a rejeté cette exception de nullité et le syndicat des copropriétaires s’est pourvu en cassation. Au soutien de son pourvoi, ce dernier soutenait que le syndic ne peut agir en justice au nom du syndicat de copropriétaires sans y avoir été autorisé par une décision de l'assemblée générale permettant de déterminer de façon certaine les personnes contre lesquelles l'action doit être dirigée. Or, en l'espèce, la cour d'appel avait relevé que l'assemblée générale des copropriétaires de la résidence avait, aux termes d’une première assemblée, autorisé le syndic à agir contre l'ASL et le promoteur pour « non-respect des statuts », ne délivrant ainsi qu'une autorisation limitée quant aux personnes visées. La cour d’appel a ensuite constaté que l'assemblée générale de ces copropriétaires avait, lors d’une seconde assemblée générale, donné mandat au syndic d'agir en justice en vue de faire retirer l'arceau litigieux et faire valoir les droits de passage et d'accès au parking de la résidence, ce qui ne répondait pas aux exigences de l’article 55 du décret du 17 mars 1967 selon le demandeur au pourvoi.

La Cour de cassation ne suit pas cet argumentaire et considère que le moyen n’est pas fondé. La Haute juridiction rappelle qu’il résulte de l'article 55 du décret du 17 mars 1967 que l'autorisation d'agir en justice donnée au syndic vaut, à défaut de limitation de pouvoirs de celui-ci, à l'égard de l'ensemble des personnes concernées par l'obligation dont il est demandé le respect.

C’est donc à bon droit que la cour d’appel a retenu qu’il n'est pas imposé que, dans l'autorisation d'agir en justice donnée au syndic par une assemblée générale, l'identité des personnes à assigner soit précisée, dès lors qu'elle est déterminable. En l’espèce, les juges ont pu en déduire que l'autorisation donnée au syndic était valable, dès lors que l'action devait être dirigée à l'encontre de l'ASL et des personnes qui avaient installé l'arceau ou qui s'opposaient à son enlèvement.

Cette décision confirme la position déjà retenue par la Cour de cassation (Cass. civ. 3ème ; 8 octobre 2003, n°01-14.609) qui avait déjà rappelé que l'article 55 du décret du 17 mars 1967 n'exige pas que l'autorisation précise l'identité des personnes devant être assignées.

A rapprocher : Cass. civ. 3ème, 8 octobre 2003, n°01-14.609

VOIR AUSSI

Primauté d'une obligation légale du syndic en liquidation judiciaire sur les règles des procédures collectives

Cass. com., 20 mars 2019, n°17-22.417

- Vu : 1062

Lorsqu’un nouveau syndic demande à l’ancien syndic, placé en liquidation judiciaire, la remise des fonds, documents et archives du syndicat ainsi que l’état des comptes de ce dernier et de celui des copropriétaires, l’action qu’il exerce à cette fin en application de l’article 18-2 de la loi du 10 juillet 1965 échappe à l’interdiction des poursuites de l’article L.622-21, I, du Code de commerce, dès lors qu’elle tend au respect d’une obligation légale, inhérente à la profession de syndic, et non au paiement d’une somme d’argent.

> Lire la suite

Vente de lots issus de leur division et paiement des charges de copropriété

Cass. civ. 3ème, 7 février 2019, n°17-31.101

- Vu : 1410

L’opposabilité au syndicat des copropriétaires de la cession d’une fraction d’un lot divisé n’est pas subordonnée à l’approbation de la nouvelle répartition des charges par l’assemblée générale.

> Lire la suite


Les plus vus...
Élément d’équipement dissociable – Feu ! dans la garantie décennale
6 novembre 2017 - Vu : 18289
[...] les désordres affectant des éléments d’équipement, dissociables ou non, d’origine ou installés sur existant, relèvent de la responsabilité ...
> Lire la suite
VEFA - Causes légitimes de suspension du délai de livraison
4 septembre 2017 - Vu : 16985
Dans la vente en état futur d’achèvement, les jours d'intempéries antérieurs à la date d'acquisition peuvent ne pas ...
> Lire la suite
Caducité de plein droit de la promesse de vente en cas de défaillance de la condition suspensive
31 mars 2017 - Vu : 16099
La Cour de cassation précise le sort de la promesse synallagmatique de vente assortie de conditions suspensives non réalisées à ...
> Lire la suite
Vente immobilière : l’obligation de publier une assignation en nullité ne porte pas atteinte au droit d'accès au juge
4 septembre 2017 - Vu : 13031
L’obligation de publier une assignation en nullité de vente immobilière dans les registres du service chargé de la ...
> Lire la suite
Copyright ©2017 La lettre de l'Immobilier | Création et réalisation Webcd©