webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation Notre approche Nos départements Nos avocats Nos distinctions Nous contacter Equipe immobilier Agenda / évènements Nos événements Autres événements Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Réseau Simon Avocats Actifs / Propriete Immobilière Aménagement / Urbanisme Baux Civils / Commerciaux Construction / Responsabilité Des Constructeurs Copropriété Gestion Immobilière / Professions Immobilières Fiscalité International Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre de l'immobilier
L'actualité juridique et économique des acteurs de l’immobilier par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >Aménagement / Urbanisme

Qui est le débiteur de la taxe d’aménagement en cas de pétitionnaires multiples ?

CE, 19 juin 2019, Ministère de la cohésion des territoires, n°413967

Lorsqu’un permis de construire valant division est délivré au bénéfice de plusieurs pétitionnaires, la taxe d’aménagement peut être mise à la charge soit de l'un quelconque des bénéficiaires du permis, soit de chacun de ces bénéficiaires, à la condition cependant que le montant total exigé par les différents titres de perception émis n'excède pas celui de la taxe d’aménagement exigible.



Deux pétitionnaires sollicitent conjointement un permis de construire pour l’édification de deux maisons individuelles sur un terrain destiné à être divisé avant l’achèvement des constructions. Le permis de construire est délivré et le montant de la taxe d’aménagement calculé.

Le titre de perception correspondant à cette taxe est cependant notifié à l’un, seulement, des deux pétitionnaires, qui en demande l’annulation au motif qu’il met à sa charge, à tort, la totalité des taxes dont le permis constitue le fait générateur.

Le tribunal administratif fait droit à sa demande, et annule le titre de perception, mais le ministre de la cohésion des territoires saisit le Conseil d’Etat d’un pourvoi contre ce jugement.

Le Conseil d’Etat censure la position retenue par les premiers juges, et considère qu’au contraire, c’est à bon droit que le paiement de la taxe d’aménagement a pu être réclamée à un seul des deux pétitionnaires. Il considère en effet que :

« Lorsqu'un permis de construire a été délivré à plusieurs personnes physiques ou morales pour la construction de bâtiments dont le terrain d'assiette doit faire l'objet d'une division en propriété ou en jouissance avant l'achèvement des travaux conformément à l'article R.431-24 du Code de l'urbanisme, les redevables de la taxe d'aménagement dont ce permis est le fait générateur sont les titulaires de celui-ci, chacun d'entre eux étant redevable de l'intégralité de la taxe due à raison de l'opération de construction autorisée. Dans une telle hypothèse, l'administration compétente peut mettre cette taxe à la charge soit de l'un quelconque des bénéficiaires du permis, soit de chacun de ces bénéficiaires à la condition alors que le montant cumulé correspondant aux différents titres de perception émis n'excède pas celui de la taxe due à raison de la délivrance du permis ».

Dans cette affaire, le Conseil d’Etat retient la solution la plus pragmatique pour l’administration : cette dernière dispose de la faculté soit de répartir le montant de la taxe d’aménagement exigible entre les différents bénéficiaires de l’autorisation de construire, dans la limite du montant global de la taxe d’aménagement, soit de solliciter le paiement de l’intégralité de la taxe à l’un seulement des bénéficiaires, à charge pour ce dernier de réclamer le remboursement d’une partie de la taxe aux autres bénéficiaires de l’autorisation délivrée.

On ne saurait donc trop recommander aux pétitionnaires d’un permis de construire valant division, au regard de la position retenue par le Conseil d’Etat, de s’accorder au préalable sur les conditions de répartition de la taxe d’aménagement et les modalités de remboursement à celui d’entre eux qui se serait vu réclamer l’intégralité du montant de la taxe…

A rapprocher : Article R.431-24 du Code de l'urbanisme

VOIR AUSSI

Précisions et régularisation d’un projet par un permis modificatif

CE, 7 mars 2018, n°404079

- Vu : 1292

Par un arrêt en date du 7 mars 2018, publié au Recueil Lebon, le Conseil d’Etat a apporté plusieurs précisions importantes.

> Lire la suite

Compétence du juge administratif à l’égard des mesures consécutives à l’annulation d’une décision de préemption

Tribunal des conflits, 12 juin 2017, n°C4085

- Vu : 1323

Le Tribunal des conflits est venu préciser que [...] le juge administratif reste compétent pour se prononcer sur les mesures qu’implique l’annulation de la décision de préemption.

> Lire la suite


Les plus vus...
Élément d’équipement dissociable – Feu ! dans la garantie décennale
6 novembre 2017 - Vu : 13289
[...] les désordres affectant des éléments d’équipement, dissociables ou non, d’origine ou installés sur existant, relèvent de la responsabilité ...
> Lire la suite
Caducité de plein droit de la promesse de vente en cas de défaillance de la condition suspensive
31 mars 2017 - Vu : 11430
La Cour de cassation précise le sort de la promesse synallagmatique de vente assortie de conditions suspensives non réalisées à ...
> Lire la suite
VEFA - Causes légitimes de suspension du délai de livraison
4 septembre 2017 - Vu : 11216
Dans la vente en état futur d’achèvement, les jours d'intempéries antérieurs à la date d'acquisition peuvent ne pas ...
> Lire la suite
Vente immobilière : l’obligation de publier une assignation en nullité ne porte pas atteinte au droit d'accès au juge
4 septembre 2017 - Vu : 6999
L’obligation de publier une assignation en nullité de vente immobilière dans les registres du service chargé de la ...
> Lire la suite
Copyright ©2017 La lettre de l'Immobilier | Création et réalisation Webcd©