Le critère de préservation et revitalisation du centre-ville introduit par la loi ELAN est-il conforme à la Constitution ?

Photo de profil - ESPEISSE Anne | Avocat | Lettre des réseaux

ESPEISSE Anne

Avocat

Conseil d'État, 13 décembre 2019, Conseil national des centres commerciaux, req. n°431724

Par une décision en date du 13 décembre 2019, le Conseil d’Etat a transmis au Conseil constitutionnel une question relative à la conformité, à la Constitution, des dispositions du e) du 1° du I, du III et du IV de l’article L.752-6 du Code de commerce, issues de la loi n°2018-1021 du 23 novembre 2018 portant évolution du logement, de l’aménagement et du numérique (ELAN).

Après avoir relevé que ces nouvelles dispositions « subordonnent la délivrance d’une autorisation d’exploitation commerciale à la prise en considération de la contribution du projet à la préservation ou à la revitalisation du tissu commercial du centre-ville de la commune d’implantation, des communes limitrophes et de l’établissement public de coopération intercommunale concerné, laquelle est appréciée par la commission départementale d’aménagement commercial au vu d’une étude d’impact évaluant les effets du projet sur l’animation et le développement économique des centres-villes de ce territoire et sur l’emploi, cette même étude d’impact devant, en outre, établir qu’aucune friche existante en centre-ville, ou à défaut, en périphérie, ne permet l’accueil du projet », la Haute juridiction a considéré que le moyen tiré de ce qu’elles porteraient atteinte à la liberté d’entreprendre, garantie par l’article 4 de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen, présentait un caractère sérieux.

***

La question de la conformité de la législation de l’aménagement commercial aux libertés économiques n’est pas nouvelle, qu’il s’agisse de la liberté d’entreprendre telle que garantie par la Constitution (CE, 16 juillet 2014, SCCV Lisieux Développement, QPC, req. n°37243) ou de la liberté d’établissement garantie par le droit européen (CE, 5 mars 2003, Société Immaldi, req. n°22470 ; CE, 11 février 2015, société Reims République Développement, req. n°370089).

Mais, pour la première fois, le Conseil d’Etat a estimé que les règles fixées par cette législation pouvaient poser difficulté au regard de la liberté d’entreprendre, garantie par l’article 4 de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen (CE, 15 septembre 2010, M. Jean-Hugues A, QPC, req. n°340570). 

L’article L.752-6 du Code de commerce a en effet été enrichi, à l’initiative du Sénat, par l’article 166 de la loi Elan. Reprenant une partie du dispositif proposé par l’article 15 de la proposition de loi pour la revitalisation des centres-villes, ce texte prévoit désormais que les Commissions d’aménagement commercial se prononcent au regard d’un nouveau critère : « e) La contribution du projet à la préservation ou à la revitalisation du tissu commercial du centre-ville de la commune d’implantation, des communes limitrophes et de l’établissement public de coopération intercommunale à fiscalité propre dont la commune d’implantation est membre ».

Afin de le rendre efficient, le législateur a également institué l’obligation formelle de produire une analyse d’impact réalisée par un organisme indépendant dont l’objet est d’évaluer son impact du projet sur l’animation et le développement économique du centre-ville de la commune d’implantation, des communes limitrophes et de l’EPCI dont la commune d’implantation est membre et sur l’emploi, et ce, en prenant en compte différentes données (évolution démographique, taux de vacance commerciale, offre de mètres carrés commerciaux, échanges pendulaires journaliers et, le cas échéant, saisonniers, entre les territoires).

Cette étude doit par ailleurs justifier qu’aucune friche en centre-ville, ou en périphérie, n’est susceptible d’accueillir le projet.

L’objectif étant de « mieux mesurer la concurrence des commerces de périphérie intermédiaires » (v. Proposition de loi, p. 40).

Le décret pris pour l’application de ce texte a été promulgué le 17 avril 2019 (Décret n°2019-331 du 17 avril 2019 relatif à la composition et au fonctionnement des commissions départementales d’aménagement commercial et aux demandes d’autorisation d’exploitation commerciale) et il a été déféré à la censure du Conseil d’Etat, compétent en premier et dernier ressort, par le Conseil national des centres commerciaux (CNCC).

A cette occasion, le CNCC a saisi la Haute juridiction d’une question prioritaire de constitutionnalité des dispositions législatives dont ce décret fait application, soutenant que ces nouvelles modalités d’évaluation des projets commerciaux violaient la liberté d’entreprendre.  

Par la présente décision, le Conseil d’Etat a estimé que cette question présentait un caractère sérieux et l’a transmise au Conseil constitutionnel, qui a désormais trois mois pour se prononcer.

A rapprocher : Proposition de loi portant pacte national de revitalisation des centres-villes et centres-bourgs, présentée par Rémy POINTEREAU, Martial BOURQUIN ; Loi n°2018-1021 du 23 novembre 2018 portant évolution du logement, de l’aménagement et du numérique (ELAN), article 166 ; Décret n°2019-331 du 17 avril 2019 relatif à la composition et au fonctionnement des commissions départementales d’aménagement commercial et aux demandes d’autorisation d’exploitation commerciale

Sommaire

Autres articles

some
Permis de construire et régularisation : qui doit payer les frais irrépétibles ?
Conseil d’Etat, 28 mai 2021, Epoux V, req. n°437429 […] le Conseil d’Etat est venu apporter une inflexion à sa jurisprudence concernant les frais irrépétibles dans l’hypothèse où le rejet de la requête dirigée contre un permis de construire fait suite…
some
Loi Littoral
Espace stratégique et convoité, le domaine public maritime est soumis à une pression immobilière et économique croissante. Longtemps, l’État, propriétaire de ce domaine et en particulier des plages, n’a en effet pas cru utile ou opportun d’intervenir, ce qui explique…
some
Ne statue pas ultra petita le juge qui, saisi d’une demande de résiliation d’un contrat administratif, en prononce l’annulation
Conseil d’Etat, 9 juin 2021, CNB et M. A., req. n°438047 L’office du juge du contentieux contractuel n’est pas limité par la demande du requérant qui sollicite la résiliation d’un contrat : il peut en prononcer l’annulation. Ce qu’il faut retenir :…
some
La présomption d’urgence de l’article L.600-3 du Code de l’urbanisme prévue pour la suspension d’exécution d’une décision d’urbanisme est réfragable
Conseil d’Etat, 26 mai 2021, n°436902 La présomption d’urgence prévue par l’article L.600-3 du Code de l’urbanisme au bénéfice des requérants sollicitant la suspension provisoire de l’exécution d’une décision d’urbanisme est une présomption réfragable.  Ce qu’il faut retenir : Par un…
some
La décision par laquelle la CNAC se prononce de nouveau après annulation d’une décision antérieure au 15 février 2015 est une décision, et non un avis
CE, 27 janvier 2020, 4ème et 1ère chambres réunies, n°423529 Par un arrêt en date du 27 janvier 2020, le Conseil d’Etat vient préciser que « (…) lorsqu’à la suite d’une annulation contentieuse d’une décision de la CNAC antérieure au 15 février…
some
Le PC portant sur une surface de vente inférieure à 1000 m² ne vaut pas AEC… quelles que soient les intentions de son bénéficiaire
CAA Nantes, 4 octobre 2019, SCI Coutances, req. n°18NT01388 En application des dispositions des articles L.425-4 du Code de l’urbanisme et L.752-1 du Code de commerce « (…) le permis de construire délivré pour la construction d’un magasin de commerce…