webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation Notre approche Nos départements Nos avocats Nos distinctions Nous contacter Equipe immobilier Agenda / évènements Nos événements Autres événements Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Réseau Simon Avocats Actifs / Propriete Immobilière Aménagement / Urbanisme Baux Civils / Commerciaux Construction / Responsabilité Des Constructeurs Copropriété Gestion Immobilière / Professions Immobilières Fiscalité International Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre de l'immobilier
L'actualité juridique et économique des acteurs de l’immobilier par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >Aménagement / Urbanisme

La possible contestation d’une OAP insérée dans un PLU

CE, 8 novembre 2017, n°402511

Par un arrêt en date du 8 novembre 2017, le Conseil d’Etat précise les conditions dans lesquelles la contestation des OAP (Orientations d'Aménagement et de Programmation) peut intervenir.



Ce qu’il faut retenir : Par un arrêt en date du 8 novembre 2017, le Conseil d’Etat précise les conditions dans lesquelles la contestation des OAP (Orientations d'Aménagement et de Programmation) peut intervenir.

Le Conseil d’Etat considère que seules les OAP susceptibles de justifier un refus d’autorisation d’urbanisme sont susceptibles de faire l’objet d’une contestation devant le Juge administratif, à l’occasion d’un recours pour excès de pouvoir introduit contre la délibération d’approbation d’un Plan local d’urbanisme (PLU).

Pour approfondir : Monsieur et Madame B ont saisi la juridiction administrative d’un recours contre la délibération d’approbation du PLU de Dammarie du 20 mars 2014.

Ce recours visait à obtenir, à titre principal, l’annulation de la totalité de la délibération, à titre subsidiaire, l’annulation de ladite délibération en tant que le PLU comporte des OAP qui incluent « dans les potentialités résiduelles du tissu bâti le secteur rue de Concrez/rue de la Rigauderie » le projet d'y construire un lotissement d'environ huit logements et, à titre encore plus subsidiaire, l’annulation de cette délibération en tant que ces OAP prévoient la possibilité de réaliser dans ce même secteur une sortie de ce lotissement sur les parcelles cadastrées section A n° 38 et 44 appartenant aux requérants. 

Par une décision du 31 mars 2015, les juges de première instance ont rejeté l’ensemble de leurs demandes. Puis, par un arrêt du 17 juin 2016, la Cour d’appel de Nantes a confirmé ce jugement.

Mais cet arrêt a fait l’objet d’un pourvoi, et le Conseil d’Etat, tout en confirmant la décision des juges d’appel, a été conduit à apporter certaines précisions.

Il résulte ainsi de la motivation retenue par la Haute Assemblée que, en application des dispositions de l’article L.123-5 du Code de l’urbanisme (codifiées depuis le 1er janvier 2016 à l’article L.152-1 du même code), les travaux et opérations d’urbanisme doivent être compatibles avec les OAP, lorsqu’elles existent, ce qui leur confère un caractère incontestablement contraignant.

Le Conseil d’Etat est néanmoins venu opérer une distinction entre les OAP dont la rédaction est telle qu’elle peut conduire à refuser un permis de construire, et celles dont l’imprécision ou l’absence d’intégration dans le PLU les prive de tout caractère contraignant.

Ainsi, dès lors qu’une OAP permet de fonder un refus d’autorisation, elle est susceptible de recours pour excès de pouvoir dans le cadre d’un recours contre la délibération approuvant le PLU, alors qu’une OAP imprécise, ne créant pas d’obligation, ne peut pas être contestée.

Poursuivant son raisonnement, le Conseil d’Etat considère par conséquent que l’imprécision de l’OAP faisait d’elle une simple « prévision » qui ne faisait pas grief aux requérants, et qui ne pouvait être assimilée à la création d’un emplacement réservé et ne constituait pas davantage une servitude au sens de l’article L.123-2 du Code de l’urbanisme (codifié depuis le 1er janvier 2016 à l’article L.151-41 du même code). L’orientation contestée dans cette espèce n’était donc pas susceptible de créer, par elle-même, des obligations pour les propriétaires des parcelles concernées.

Il est toutefois à noter que cela signifie a contrario qu’une OAP suffisamment précise, et susceptible de justifier un refus d’autorisation d’urbanisme, doit être considérée comme créant des obligations à l’égard des propriétaires et donc assimilée à la création d’un emplacement réservé et/ou d’une servitude.

A rapprocher : CE, 26 mai 2010, n°320780

VOIR AUSSI

Affaire Brancusi : controverse juridico-artistique !

Article paru dans L'Express le 5 janvier 2019

- Vu : 151

Isabelle ROBERT-VÉDIE, Avocat associée, défend la famille Rachewskaïa dans cette affaire décrite comme "véritable casse-tête judiciaire".

> Lire la suite

Impossibilité d’invoquer, contre une décision de préemption, l’illégalité de la délibération instituant le droit de préemption urbain

CE, 10 mai 2017, n°398736

- Vu : 1347

Par un arrêt en date 10 mai 2017, le Conseil d’Etat est venu définitivement supprimer la possibilité pour un requérant de contester une décision de préemption qui lui était notifiée en soulevant, par voie d’exception, l’illégalité de la décision instituant le droit de préemption sur le territoire communal.

> Lire la suite


Les plus vus...
Élément d’équipement dissociable – Feu ! dans la garantie décennale
6 novembre 2017 - Vu : 8711
[...] les désordres affectant des éléments d’équipement, dissociables ou non, d’origine ou installés sur existant, relèvent de la responsabilité ...
> Lire la suite
Caducité de plein droit de la promesse de vente en cas de défaillance de la condition suspensive
31 mars 2017 - Vu : 8654
La Cour de cassation précise le sort de la promesse synallagmatique de vente assortie de conditions suspensives non réalisées à ...
> Lire la suite
VEFA - Causes légitimes de suspension du délai de livraison
4 septembre 2017 - Vu : 6332
Dans la vente en état futur d’achèvement, les jours d'intempéries antérieurs à la date d'acquisition peuvent ne pas ...
> Lire la suite
Etat des risques : nouvelles informations issues de l’arrêté du 18 décembre 2017
8 mars 2018 - Vu : 5263
L’arrêté du 18 décembre 2017, dont les dispositions sont entrées en vigueur le 1er janvier 2018, remplace l’imprimé répertoriant les ...
> Lire la suite
Copyright ©2017 La lettre de l'Immobilier | Création et réalisation Webcd©