webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation Notre approche Nos départements Nos avocats Nos distinctions Nous contacter Equipe immobilier Agenda / évènements Nos événements Autres événements Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Réseau Simon Avocats Actifs / Propriete Immobilière Aménagement / Urbanisme Baux Civils / Commerciaux Construction / Responsabilité Des Constructeurs Copropriété Gestion Immobilière / Professions Immobilières Fiscalité International Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre de l'immobilier
L'actualité juridique et économique des acteurs de l’immobilier par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >Copropriété Gestion Immobilière / Professions Immobilières

Pouvoir du syndic de copropriété : Paiement d’une facture non autorisée par l’assemblée générale

Cass. civ. 3ème, 12 septembre 2019, n°18-18.585

Le syndic de copropriété ne peut, sans autorisation de l’assemblée générale, payer une facture de dédit pour l’annulation d’une commande non autorisée par l’assemblée générale des copropriétaires.



Le syndic reçoit mandat des copropriétaires de gérer la copropriété pour leur compte, suivant les instructions votées par l’assemblée générale. En effet, l’article 18 de la loi du 10 juillet 1965 prévoit que le syndic est notamment chargé d'assurer l'exécution des dispositions du règlement de copropriété et des délibérations de l'assemblée générale. Ces pouvoirs sont ainsi largement encadrés, comme le rappelle la Cour de cassation en l’espèce.

Dans cette affaire, une société a assigné le syndicat en paiement de factures incluant une facture de dédit, pour « annulation d’une commande définitive du 26 octobre 2010 ». En réalité, le syndic a annulé une commande qui n’avait pas été autorisée par l’assemblée générale et la société a émis une facture de dédit portant sur le matériel commandé. Le syndicat des copropriétaires a reproché au syndic d’avoir payé une partie des factures, dont la facture de dédit, sans autorisation de l’assemblée générale des copropriétaires et l’a appelée en garantie.

La cour d’appel a rejeté la demande du syndicat, en retenant que le fait pour le syndic de payer la facture et de récupérer le matériel commandé par la société ne valait pas acceptation de travaux pour lesquels une autorisation de l'assemblée générale des copropriétaires aurait été nécessaire. La cour d’appel a estimé que le syndic n’avait pas outrepassé ses pouvoirs en ne demandant pas d’autorisation de l’assemblée générale pour le paiement de la facture.

La Cour de cassation sanctionne la position retenue par la cour d’appel au double visa de l’article 18 de la loi du 10 juillet 1965 et de l’article 1147 du Code civil, dans sa rédaction antérieure à celle issue de l’ordonnance du 10 février 2016. La Cour de cassation rappelle que le syndic ne peut, sans autorisation de l’assemblée générale, payer une facture de dédit pour l’annulation d’une commande non autorisée par l’assemblée générale des copropriétaires. Estimant que le syndicat des copropriétaires subissait un préjudice, à savoir le paiement d’une facture sur le fondement d’une décision non autorisée par l’assemblée générale des copropriétaires, il appartenait au syndic d’en assumer la responsabilité.

A rapprocher : Art. 18 de la loi du 10 juillet 1965 ; Art. 1147 du Code civil

VOIR AUSSI

Responsabilité du syndicat des copropriétaires : nuisances générées par un ascenseur vétuste

CA Paris, 1er mars 2017, n°10/03698

- Vu : 2999

L'ascenseur étant un élément d'équipement commun, les nuisances qu'il génère, notamment le bruit causé par un appareil vétuste, relèvent de la responsabilité du syndicat des copropriétaires sur le fondement de l'article 14 de la loi n° 65-557 du 10 juillet 1965.

> Lire la suite

Les nouvelles obligations d’information pour l’agent immobilier

Arrêté du 10 janvier 2017 relatif à l’information des consommateurs par les professionnels intervenant dans une transaction immobilière

- Vu : 2506

Entrée en vigueur au 1er avril 2017 de l’arrêté du 10 janvier 2017 relatif à l’information des consommateurs par les professionnels intervenant dans une transaction immobilière.

> Lire la suite


Les plus vus...
Élément d’équipement dissociable – Feu ! dans la garantie décennale
6 novembre 2017 - Vu : 18289
[...] les désordres affectant des éléments d’équipement, dissociables ou non, d’origine ou installés sur existant, relèvent de la responsabilité ...
> Lire la suite
VEFA - Causes légitimes de suspension du délai de livraison
4 septembre 2017 - Vu : 16984
Dans la vente en état futur d’achèvement, les jours d'intempéries antérieurs à la date d'acquisition peuvent ne pas ...
> Lire la suite
Caducité de plein droit de la promesse de vente en cas de défaillance de la condition suspensive
31 mars 2017 - Vu : 16099
La Cour de cassation précise le sort de la promesse synallagmatique de vente assortie de conditions suspensives non réalisées à ...
> Lire la suite
Vente immobilière : l’obligation de publier une assignation en nullité ne porte pas atteinte au droit d'accès au juge
4 septembre 2017 - Vu : 13031
L’obligation de publier une assignation en nullité de vente immobilière dans les registres du service chargé de la ...
> Lire la suite
Copyright ©2017 La lettre de l'Immobilier | Création et réalisation Webcd©