webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation Notre approche Nos départements Nos avocats Nos distinctions Nous contacter Equipe immobilier Agenda / évènements Nos événements Autres événements Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Réseau Simon Avocats Actifs / Propriete Immobilière Aménagement / Urbanisme Baux Civils / Commerciaux Construction / Responsabilité Des Constructeurs Copropriété Gestion Immobilière / Professions Immobilières Fiscalité International Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre de l'immobilier
L'actualité juridique et économique des acteurs de l’immobilier par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >Aménagement / Urbanisme

Comment déclencher le délai de 4 mois en cas de réexamen d’un projet par la CNAC

CAA Marseille, 20 mai 2019, req. n°18MA03561

Par un arrêt en date du 20 mai 2019, la Cour administrative d’appel de Marseille a jugé que si l'annulation contentieuse d'une décision de la Commission nationale d'aménagement commercial a pour effet de la saisir à nouveau de la demande d'autorisation initialement formée, en revanche, seule la confirmation de sa demande par le pétitionnaire lui-même est de nature à faire courir le délai de quatre mois au terme duquel naît une décision implicite.



Dans cette affaire, la Commission départementale d’aménagement commercial des Bouches-du-Rhône avait autorisé, le 28 avril 2015, deux sociétés à étendre un ensemble commercial sur le territoire de la commune de Châteauneuf-les-Martigues. Saisie par plusieurs requérants, la Commission nationale d'aménagement commercial avait, par décision du 8 octobre 2015, infirmé cette autorisation et refusé ce projet.

Les sociétés pétitionnaires ont alors saisi la Cour administrative d’appel et obtenu l’annulation de cette décision de refus par un arrêt du 18 avril 2017. La CNAC a réexaminé ce projet et, une nouvelle fois décidé de refuser l’autorisation sollicitée, le 6 juillet 2017. Ce refus a été annulé par la Cour le 22 janvier 2018, ressaisissant la CNAC.

Dans le cadre de ce réexamen, au terme duquel la CNAC a (enfin) délivré l’autorisation sollicitée, une association requérante avait décidé de confirmer son recours par un courrier du 26 février 2018. Elle estimait en conséquence qu’une décision implicite de rejet était née quatre mois plus tard en application de l’article L.752-17 du Code de commerce, et en sollicitait l’annulation, auprès de la Cour administrative d’appel de Marseille.

Cette juridiction a rejeté comme irrecevable les conclusions qu’elle présentait à ce titre en rappelant que si « L'annulation contentieuse d'une décision de la Commission nationale d'aménagement commercial a pour effet de la saisir à nouveau de la demande d'autorisation initialement formée (…) le nouveau délai de nature à faire naître une décision implicite ne commence à courir qu'à compter du jour de la confirmation de sa demande par le seul pétitionnaire » de sorte que le courrier de la requérante n’avait pu faire naître de décision implicite.

Il est constant que l’annulation d’une décision ou d’un avis de la CNAC, qu’elle soit ou non assortie d’une injonction, a pour effet de ressaisir l’autorité en charge de l’examen de la demande d’autorisation d’exploitation commerciale, c’est-à-dire soit la commission nationale d’aménagement commercial (CE, 7 mars 2008, SA Revi Intermarché, req. n°299510 ; CE, 25 mars 2013, société Sodiparc, req. n°353279), soit le maire, afin qu’il la soumette, une nouvelle fois pour avis, à la CNAC (CAA Marseille, 19 février 2018, SCI Istropolis, req. n°16MA03034 ; pour une appréciation sensiblement différente des conséquences de l’annulation : CAA Nantes, 11 mai 2016, société Bocadist, req. n°15NT00053 ; CAA Versailles, 17 janvier 2019, SAS Fonciretail, req. n°16VE03041).

La CNAC est alors tenue d’examiner le projet, sauf désistement (CE, 7 mars 2008, SA Revi Intermarché, req. n°299510 ; CE, 25 mars 2013, société Sodiparc, req. n°353279).

Dès lors que l’article L.752-17 du Code de commerce prévoit « [qu’] En l'absence d'avis exprès de la commission nationale dans le délai de quatre mois à compter de sa saisine, l'avis de la commission départementale d'aménagement commercial est réputé confirmé », la question pouvait être posée de savoir si la notification de la décision juridictionnelle d’annulation à la CNAC était, par elle-même, de nature à faire courir ce délai, ou si ce déclenchement ne pouvait résulter que d’une saisine formelle.

Par le présent arrêt, la Cour administrative d’appel rappelle que tel n’est pas le cas, et que seule une saisine expresse est de nature à déclencher le délai de quatre mois de nature à faire naître une décision implicite (CE, Section, 7 décembre 1973, Entreprise J Fayolle et fils, req. n°88106, p. 699).

Elle ajoute, sans qu’il soit possible de déterminer les fondements juridiques d’une telle position, qu’une telle saisine ne peut émaner que du pétitionnaire lui-même.

A rapprocher : Article L.752-17 du Code de commerce

VOIR AUSSI

Nouveau cas de régularisation en cours d’instance d’un vice affectant la procédure suivie devant la CNAC

CAA Bordeaux, 11 juillet 2019, société Issoudun Distribution, req. n°17BX03415

- Vu : 1524

Par un arrêt en date du 11 juillet 2019, signalé en « C+ », la Cour administrative d’appel de Bordeaux a jugé que le vice affectant l’avis tacite émis par la CNAC et tiré du défaut de consultation des ministres intéressés et d’absence d’établissement d’un rapport d’instruction, dans le cadre de l’instruction par la CNAC d’un permis de construire valant autorisation d’exploitation commerciale, peut être régularisé.

> Lire la suite

Impossibilité d’invoquer, contre une décision de préemption, l’illégalité de la délibération instituant le droit de préemption urbain

CE, 10 mai 2017, n°398736

- Vu : 3380

Par un arrêt en date 10 mai 2017, le Conseil d’Etat est venu définitivement supprimer la possibilité pour un requérant de contester une décision de préemption qui lui était notifiée en soulevant, par voie d’exception, l’illégalité de la décision instituant le droit de préemption sur le territoire communal.

> Lire la suite


Les plus vus...
Élément d’équipement dissociable – Feu ! dans la garantie décennale
6 novembre 2017 - Vu : 21002
[...] les désordres affectant des éléments d’équipement, dissociables ou non, d’origine ou installés sur existant, relèvent de la responsabilité ...
> Lire la suite
VEFA - Causes légitimes de suspension du délai de livraison
4 septembre 2017 - Vu : 19357
Dans la vente en état futur d’achèvement, les jours d'intempéries antérieurs à la date d'acquisition peuvent ne pas ...
> Lire la suite
Caducité de plein droit de la promesse de vente en cas de défaillance de la condition suspensive
31 mars 2017 - Vu : 19260
La Cour de cassation précise le sort de la promesse synallagmatique de vente assortie de conditions suspensives non réalisées à ...
> Lire la suite
Vente immobilière : l’obligation de publier une assignation en nullité ne porte pas atteinte au droit d'accès au juge
4 septembre 2017 - Vu : 17039
L’obligation de publier une assignation en nullité de vente immobilière dans les registres du service chargé de la ...
> Lire la suite
Copyright ©2017 La lettre de l'Immobilier | Création et réalisation Webcd©