webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation Notre approche Nos départements Nos avocats Nos distinctions Nous contacter Equipe immobilier Agenda / évènements Nos événements Autres événements Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Réseau Simon Avocats Actifs / Propriete Immobilière Aménagement / Urbanisme Baux Civils / Commerciaux Construction / Responsabilité Des Constructeurs Copropriété Gestion Immobilière / Professions Immobilières Fiscalité International Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre de l'immobilier
L'actualité juridique et économique des acteurs de l’immobilier par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >Copropriété Gestion Immobilière / Professions Immobilières

Primauté d'une obligation légale du syndic en liquidation judiciaire sur les règles des procédures collectives

Cass. com., 20 mars 2019, n°17-22.417

Lorsqu’un nouveau syndic demande à l’ancien syndic, placé en liquidation judiciaire, la remise des fonds, documents et archives du syndicat ainsi que l’état des comptes de ce dernier et de celui des copropriétaires, l’action qu’il exerce à cette fin en application de l’article 18-2 de la loi du 10 juillet 1965 échappe à l’interdiction des poursuites de l’article L.622-21, I, du Code de commerce, dès lors qu’elle tend au respect d’une obligation légale, inhérente à la profession de syndic, et non au paiement d’une somme d’argent.



Une procédure de liquidation judiciaire a été ouverte à l’encontre d’un syndic de copropriété par jugement du 18 décembre 2013. Le nouveau syndic désigné pour lui succéder a mis en demeure le liquidateur afin d’obtenir la remise des fonds et documents prévue en application de l’article 18-2 de la loi du 10 juillet 1965, à savoir les documents et archives du syndicat, l’état des comptes du syndic et des copropriétaires, puis l’a assigné sous astreinte.

La cour d’appel a condamné le liquidateur du syndic initial à la remise sous astreinte de l’ensemble des pièces, archives et trésorerie de la copropriété. Celui-ci a formé un pourvoi en cassation, en se fondant sur les règles relatives aux entreprises en difficulté. Au soutien de son pourvoi, le liquidateur soutenait que seules les créances visées à l’article L.622-17 du Code de commerce, à savoir celles nées régulièrement après le jugement d’ouverture de la liquidation judiciaire pour les besoins du déroulement de la procédure ou de la période d’observation, ou en contrepartie d’une prestation fournie au débiteur pendant cette période, échappaient à l’interdiction des actions en justice tendant à la condamnation du débiteur en paiement d’une somme d’argent.

Or, pour le liquidateur, la cour d’appel n’avait pas recherché si la créance litigieuse était née pour les besoins de la période d’observation ou de la procédure ou en contrepartie d’une prestation fournie à son profit. Pour le liquidateur, la dette pesant sur un syndic en liquidation judiciaire, légalement tenu de remettre à son successeur la situation de trésorerie, la totalité des fonds disponibles et l’ensemble des documents et archives du syndicat ne naît ni pour les besoins de la période d’observation ou de la procédure, ni en contrepartie d’une prestation fournie au syndic. En conséquence, pour le demandeur au pourvoi, la règle de l’interdiction des poursuites devait s’appliquer et s’opposer aux demandes formulées par le nouveau syndic.

La Cour de cassation confirme la solution dégagée par la cour d’appel et rejette le pourvoi en retenant que : « lorsque le nouveau syndic demande à l'ancien syndic en liquidation judiciaire la remise des fonds, documents et archives du syndicat ainsi que l'état des comptes de ce dernier et de celui des copropriétaires, l'action qu'il exerce à cette fin en application de l'article 18-2 de la loi du 10 juillet 1965, échappe à l'interdiction des poursuites de l'article L.622-21, I, du Code de commerce, dès lors qu'elle tend au respect d'une obligation légale, inhérente à la profession de syndic, et non au paiement d'une somme d'argent. »

La Haute Cour considère ainsi qu’il est inutile d’analyser le caractère antérieur ou postérieur de la créance, tout comme son utilité ou non. La Cour de cassation estime que les dispositions prévues à l’article 18-2 de la loi de juillet 1965 énoncent une obligation légale spéciale, qui permet d’écarter le droit commun des entreprises en difficulté.

A rapprocher : Article 18-2 de la loi du 10 juillet 1965 ; Article L.622-21, I, du Code de commerce ; Article L.622-17 du Code de commerce

VOIR AUSSI

Contrat de syndic : mention obligatoire de la date calendaire de l’échéance du mandat

Cass. civ. 3ème, 31 mai 2018, n°17-18.046

- Vu : 1089

La mention de la date calendaire de l’échéance du contrat de mandat de syndic est obligatoire, en application de l’article 29 du décret n°67-223 du 17 mars 1967.

> Lire la suite

Responsabilité du syndicat des copropriétaires : nuisances générées par un ascenseur vétuste

CA Paris, 1er mars 2017, n°10/03698

- Vu : 1534

L'ascenseur étant un élément d'équipement commun, les nuisances qu'il génère, notamment le bruit causé par un appareil vétuste, relèvent de la responsabilité du syndicat des copropriétaires sur le fondement de l'article 14 de la loi n° 65-557 du 10 juillet 1965.

> Lire la suite


Les plus vus...
Élément d’équipement dissociable – Feu ! dans la garantie décennale
6 novembre 2017 - Vu : 13845
[...] les désordres affectant des éléments d’équipement, dissociables ou non, d’origine ou installés sur existant, relèvent de la responsabilité ...
> Lire la suite
Caducité de plein droit de la promesse de vente en cas de défaillance de la condition suspensive
31 mars 2017 - Vu : 12028
La Cour de cassation précise le sort de la promesse synallagmatique de vente assortie de conditions suspensives non réalisées à ...
> Lire la suite
VEFA - Causes légitimes de suspension du délai de livraison
4 septembre 2017 - Vu : 11980
Dans la vente en état futur d’achèvement, les jours d'intempéries antérieurs à la date d'acquisition peuvent ne pas ...
> Lire la suite
Vente immobilière : l’obligation de publier une assignation en nullité ne porte pas atteinte au droit d'accès au juge
4 septembre 2017 - Vu : 7619
L’obligation de publier une assignation en nullité de vente immobilière dans les registres du service chargé de la ...
> Lire la suite
Copyright ©2017 La lettre de l'Immobilier | Création et réalisation Webcd©