webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation Notre approche Nos départements Nos avocats Nos distinctions Nous contacter Equipe immobilier Agenda / évènements Nos événements Autres événements Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Réseau Simon Avocats Actifs / Propriete Immobilière Aménagement / Urbanisme Baux Civils / Commerciaux Construction / Responsabilité Des Constructeurs Copropriété Gestion Immobilière / Professions Immobilières Fiscalité International Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre de l'immobilier
L'actualité juridique et économique des acteurs de l’immobilier par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >Copropriété Gestion Immobilière / Professions Immobilières

Voies de recours contre l’ordonnance de référé ayant prononcé la remise en état des lieux

Cass. civ. 3ème, 21 février 2019, n°18-13.543

L'annulation d'une décision de justice ne peut être demandée que par les voies de recours prévues par la loi conformément à l’article 460 du Code de procédure civile. Ainsi, une Cour d’appel qui n’est pas saisie d’un recours à l’encontre d’une ordonnance de référé devenue irrévocable ne peut considérer que cette ordonnance a été rendue à tort.



En l’espèce, un syndicat de copropriétaires a reproché à une société civile immobilière (SCI) la transformation de son lot en chambres meublées, en contradiction avec les dispositions du règlement de copropriété et l’a assignée en référé afin de voir cesser ces locations. Par une ordonnance devenue irrévocable rendue le 26 février 2013, le juge des référés a condamné la SCI à remettre les lieux dans leur état initial en cessant les locations de chambres meublées et l’a condamnée à supprimer le branchement illicite d’eaux usées qu’elle avait installé sur la descente d’eaux pluviales en façade de l'immeuble.

La SCI a alors assigné le syndicat de copropriétaires devant le juge du fond pour voir déclarer prescrite l’action du syndicat et infondées les condamnations mises à sa charge par le juge des référés. Par un jugement du 18 avril 2016, le Tribunal de grande instance de Nice a débouté la SCI de ses demandes et cette dernière a interjeté appel dudit jugement. La Cour d’appel d’Aix-en-Provence (CA Aix-en-Provence, 11 janvier 2018, n°16/08738) a infirmé le jugement rendu au fond. S’agissant de l’ordonnance de référé, elle a retenu que l’action en suppression du branchement d’eaux usées était prescrite et a considéré que le juge des référés avait à tort ordonné la suppression matérielle des chambres meublées et la remise des lieux en leur état initial.

Le syndicat de copropriétaires s’est pourvu en cassation.

La Cour de cassation a, au visa de l’article 460 du Code de procédure civile, cassé et annulé l’arrêt d’appel en ce qu’il a déclaré l’action en référé du syndicat de copropriétaires prescrite et dit que le juge des référés a condamné à tort la remise des lieux en leur état initial. La troisième chambre civile a en effet retenu que la Cour d’appel ne pouvait considérer, en tant que juge du fond, que la demande portée devant le juge des référés devait être déclarée prescrite ou que sa décision était juridiquement incorrecte, dans la mesure où elle n’était pas saisie d’une voie de recours contre l’ordonnance de référé. La Cour de cassation a estimé que la Cour d’appel, en considérant que le juge des référés avait statué à tort, avait violé l’article 460 du Code de procédure civile en vertu duquel la nullité d'un jugement ne peut être demandée que par les voies de recours prévues par la loi.

La présente espèce est l’occasion pour la Haute juridiction de rappeler qu’une décision de justice ne peut être anéantie que par l’exercice d’une voie de recours prévue par la loi (Cass. com., 28 mars 1995, n°93-11.641 ; Cass. com., 3 novembre 2004, n°02-18.797).

Cette décision est également l’occasion de rappeler les conséquences du non-respect par l’un des copropriétaires de la destination du lot prévue par le règlement de copropriété et de la réalisation de travaux non-autorisés affectant les parties communes. Ces violations du règlement de copropriété constituent un trouble manifestement illicite au sens de l’article 809 du Code de procédure civile, permettant au syndicat de copropriétaires d’agir en référé afin d’obtenir la remise en état des lieux (Code de procédure civile, art. 809, al. 1). Une fois l’ordonnance de référé rendue, celle-ci peut être frappée d’appel dans les 15 jours de sa notification (Code de procédure civile, art. 490, al. 1 et 3).

A rapprocher : Article 460 du Code de procédure civile ; Cass. com., 28 mars 1995, n°93-11.641 ; Cass. com., 3 novembre 2004, n°02-18.797 ; Article 809 du Code de procédure civile ; Article 490 du Code de procédure civile

VOIR AUSSI

L’autorisation d’occupation précaire des parties communes relève de la majorité simple

Cass. civ. 3ème, 5 avril 2018, n°17-14.138

- Vu : 557

La décision autorisant l’occupation des parties communes, consentie à titre précaire et sur une surface déterminée, relève de la majorité simple dans la mesure où elle est révocable et que l’installation est démontable.

> Lire la suite

Les nouvelles obligations d’information pour l’agent immobilier

Arrêté du 10 janvier 2017 relatif à l’information des consommateurs par les professionnels intervenant dans une transaction immobilière

- Vu : 1681

Entrée en vigueur au 1er avril 2017 de l’arrêté du 10 janvier 2017 relatif à l’information des consommateurs par les professionnels intervenant dans une transaction immobilière.

> Lire la suite


Les plus vus...
Élément d’équipement dissociable – Feu ! dans la garantie décennale
6 novembre 2017 - Vu : 10720
[...] les désordres affectant des éléments d’équipement, dissociables ou non, d’origine ou installés sur existant, relèvent de la responsabilité ...
> Lire la suite
Caducité de plein droit de la promesse de vente en cas de défaillance de la condition suspensive
31 mars 2017 - Vu : 9806
La Cour de cassation précise le sort de la promesse synallagmatique de vente assortie de conditions suspensives non réalisées à ...
> Lire la suite
VEFA - Causes légitimes de suspension du délai de livraison
4 septembre 2017 - Vu : 8493
Dans la vente en état futur d’achèvement, les jours d'intempéries antérieurs à la date d'acquisition peuvent ne pas ...
> Lire la suite
Etat des risques : nouvelles informations issues de l’arrêté du 18 décembre 2017
8 mars 2018 - Vu : 5743
L’arrêté du 18 décembre 2017, dont les dispositions sont entrées en vigueur le 1er janvier 2018, remplace l’imprimé répertoriant les ...
> Lire la suite
Copyright ©2017 La lettre de l'Immobilier | Création et réalisation Webcd©