webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation Notre approche Nos départements Nos avocats Nos distinctions Nous contacter Equipe immobilier Agenda / évènements Nos événements Autres événements Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Réseau Simon Avocats Actifs / Propriete Immobilière Aménagement / Urbanisme Baux Civils / Commerciaux Construction / Responsabilité Des Constructeurs Copropriété Gestion Immobilière / Professions Immobilières Fiscalité International Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre de l'immobilier
L'actualité juridique et économique des acteurs de l’immobilier par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >Aménagement / Urbanisme

Permis de construire - Régularité de l’affichage : Précisions sur la notion de « hauteur des constructions »

CE, 25 février 2019, req. n°416610

Par une décision en date du 25 février 2019, le Conseil d’Etat est venu rappeler que seul un affichage régulier et complet du permis de construire, permettant d’apprécier l’importance et la consistance du projet, est de nature à faire courir le délai de recours contentieux à l’égard des tiers.



Ce qu’il faut retenir : Par une décision en date du 25 février 2019, le Conseil d’Etat est venu rappeler que seul un affichage régulier et complet du permis de construire, permettant d’apprécier l’importance et la consistance du projet, est de nature à faire courir le délai de recours contentieux à l’égard des tiers. Plus spécifiquement, la Haute juridiction rappelle que, dans ce cadre, l'affichage ne peut être regardé comme complet et régulier si la mention de la hauteur fait défaut ou si elle est affectée d'une erreur substantielle, alors qu'aucune autre indication ne permet aux tiers d'estimer cette hauteur.

A cette occasion, le Conseil d’Etat a également précisé que, pour apprécier si la mention de la hauteur de la construction figurant sur le panneau d'affichage est effectivement affectée d'une erreur substantielle, il convient de se référer à la hauteur maximale de la construction par rapport au sol naturel telle qu'elle ressort de la demande de permis de construire.

Pour approfondir : L’article R.600-2 du Code de l’urbanisme prévoit que « Le délai de recours contentieux à l'encontre (…) d'un permis de construire, d'aménager ou de démolir, court à l'égard des tiers à compter du premier jour d'une période continue de deux mois d'affichage sur le terrain des pièces mentionnées à l'article R.424-15 ».

Les juridictions considèrent que, pour faire courir le délai de recours contentieux, l’affichage du permis de construire doit être visible (par ex. Conseil d’Etat, 21 juin 2013, SCI Marty, req. n°360860), continu (par ex. Conseil d’Etat, 24 janvier 2007, Poupelin, req. n°282637) et complet (par ex. Conseil d’Etat, 7 mai 2007, Ville de Chartres, req. n°279565).

Au titre de la complétude, il doit donc comporter l’ensemble des mentions prescrites par les articles R.600-2, R.424-15 et A.425-15 à A.424-17 du Code de l’urbanisme.

Plus particulièrement, l’article A.424-16 du Code de l’urbanisme dispose que « Le panneau prévu à l'article A.424-1 indique (…) a) Si le projet prévoit des constructions, (…) la hauteur de la ou des constructions, exprimée en mètres par rapport au sol naturel ».

Et, il avait déjà été jugé que l’absence de mention de la hauteur de la construction, ou son inexactitude constitue une irrégularité substantielle (Conseil d’Etat, 16 février 1994, Northern Telecom Immobilier, req. n°138207 ; Conseil d’Etat, 6 juillet 2012, M. R, req. n°339883).

En revanche, la jurisprudence n’a fourni que peu d’indications concernant les modalités de détermination de la « hauteur de la construction », pour l’application de cet article (CAA Bordeaux, 27 novembre 2007, M. X, req. n°05BX01143 ; CAA Lyon, 24 janvier 2012, commune de Lavoine, req. n°11LY01172).

Par la présente décision, le Conseil d’Etat a, après avoir rappelé le principe posé par la décision « M. R » précitée, précisé que pour apprécier si la mention de la hauteur de la construction figurant sur le panneau d'affichage est affectée d'une erreur substantielle, il convient de se référer à la hauteur maximale de la construction par rapport au sol naturel telle qu'elle ressort de la demande de permis de construire.

Il censure ainsi la Cour administrative d’appel de Douai qui avait « décidé de ne pas tenir compte de la hauteur maximale de la construction par rapport au sol naturel telle qu'elle ressortait des plans du projet au motif que, eu égard à la déclivité du terrain, la prise en compte de cette hauteur supposait de qualifier la partie basse de la construction au regard des règles de hauteur fixées par le règlement du plan local d'urbanisme (…) ».

A rapprocher : CE, 16 février 1994, Northern Telecom Immobilier, req. n°138207 ; CE, 6 juillet 2012, M. R, req. n°339883

VOIR AUSSI

L’illégalité de la délibération créant une ZAC ne peut affecter une DUP la mettant en œuvre, mais…

CE, 18 octobre 2018, n°410111

- Vu : 201

L’illégalité de la délibération créant une zone d’aménagement concerté (ZAC) ne peut être utilement soulevée, par la voie de l’exception, à l’appui d’un recours introduit contre la déclaration d’utilité publique (DUP) des travaux nécessaires à l’aménagement de cette zone.

> Lire la suite

Prise en compte d’un permis modificatif délivré après la clôture d’instruction

CE, 28 avril 2017, n°395867

- Vu : 1735
Par un arrêt en date du 28 janvier 2017, le Conseil d’Etat est venu affirmer que dans le cadre d’un contentieux contre un permis de construire, la production d’un permis de construire modificatif qui a pour objet de modifier les éléments contestés dans le cadre du recours, et qui a été obtenu et produit postérieurement à une audience, contraint le Juge administratif à rouvrir l’instruction. > Lire la suite


Les plus vus...
Élément d’équipement dissociable – Feu ! dans la garantie décennale
6 novembre 2017 - Vu : 9396
[...] les désordres affectant des éléments d’équipement, dissociables ou non, d’origine ou installés sur existant, relèvent de la responsabilité ...
> Lire la suite
Caducité de plein droit de la promesse de vente en cas de défaillance de la condition suspensive
31 mars 2017 - Vu : 9078
La Cour de cassation précise le sort de la promesse synallagmatique de vente assortie de conditions suspensives non réalisées à ...
> Lire la suite
VEFA - Causes légitimes de suspension du délai de livraison
4 septembre 2017 - Vu : 7064
Dans la vente en état futur d’achèvement, les jours d'intempéries antérieurs à la date d'acquisition peuvent ne pas ...
> Lire la suite
Etat des risques : nouvelles informations issues de l’arrêté du 18 décembre 2017
8 mars 2018 - Vu : 5417
L’arrêté du 18 décembre 2017, dont les dispositions sont entrées en vigueur le 1er janvier 2018, remplace l’imprimé répertoriant les ...
> Lire la suite
Copyright ©2017 La lettre de l'Immobilier | Création et réalisation Webcd©