webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation Notre approche Nos départements Nos avocats Nos distinctions Nous contacter Equipe immobilier Agenda / évènements Nos événements Autres événements Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Réseau Simon Avocats Actifs / Propriete Immobilière Aménagement / Urbanisme Baux Civils / Commerciaux Construction / Responsabilité Des Constructeurs Copropriété Gestion Immobilière / Professions Immobilières Fiscalité International Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre de l'immobilier
L'actualité juridique et économique des acteurs de l’immobilier par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >Construction / Responsabilité Des Constructeurs

Quand le fournisseur de béton devient constructeur au sens de l’article 1792 du Code civil

Cass. civ. 3ème, 28 février 2018, P+B, n°17-15.962

Dans un arrêt rendu le 28 février 2018, la 3ème chambre civile de la Cour de cassation a considéré qu’un fournisseur de béton pouvait être tenu à la garantie décennale lorsque son préposé, à l’occasion de la livraison, donne au poseur des instructions techniques précises de sorte qu’il n’est pas intervenu comme simple fournisseur du matériau, mais en qualité de constructeur au sens de l’article 1792 du Code civil.



Ce qu’il faut retenir : Les instructions techniques données sur un chantier par un représentant d’un fournisseur de matériau sophistiqué sur les conditions de pose ou de mise en œuvre du produit livré peuvent être considérées comme des éléments factuels de nature à caractériser la participation du fournisseur à la maîtrise d’œuvre. Dans ce cadre, les dispositions de l’article 1792 relatives à la garantie décennale des constructeurs lui sont applicables.  

Pour approfondir : La question de l’application au fournisseur de matériau, et singulièrement au fabricant et vendeur de béton, du régime de la garantie décennale pour les désordres constatés sur les éléments construits avec ce matériau, n’est pas nouvelle.

Elle avait d’abord été envisagée sous l’angle de l’application de l’article 1792-4 du Code civil.

Il était cependant difficile de retenir la qualification d’EPERS pour du béton produit de façon indifférencié, ce qui ne permettait pas de répondre au critère d’un élément d’équipement conçu et produit pour satisfaire à des exigences précises et déterminées à l’avance.

La jurisprudence avait, à ce titre, considéré que du béton « prêt à l’emploi » ne pouvait pas être qualifié d’EPERS (Cass. civ. 3ème, 24 novembre 1987, n°86-15.489).

Cette même question ressurgit aujourd’hui lorsque le fournisseur du matériau ne se limite pas à un simple rôle de vendeur qui livre le produit commandé, sans pour autant que ce même produit réponde à des besoins spécifiques.

En l’espèce, à l’occasion de la livraison du béton et plus précisément du coulage des premières trames, un préposé du fournisseur de béton resté sur place avait donné des instructions techniques précises, notamment quant à l’inutilité de réaliser des joints de fractionnement. Il est également rapporté dans cet arrêt que le maçon, qui ne connaissait pas les caractéristiques du matériau fourni qualifié de « sophistiqué », s’était conformé à ces instructions.

En conséquence, la Cour de cassation considère que le fournisseur du béton n’est pas intervenu sur le chantier en cette seule qualité, mais qu’il a joué un rôle de maître d’œuvre de sorte qu’il est tenu à la garantie décennale en tant que constructeur au sens de l’article 1792 du Code civil.

Autrement dit, ce n’est pas la nature du produit en tant que tel qui permet de mettre en œuvre la garantie décennale en application de l’article 1792-4, mais le rôle actif joué par le fournisseur lors de l’opération de construction.

Dans son pourvoi, le fournisseur avait pourtant essayé de rappeler que les instructions données à l’occasion de la livraison s’inscrivaient dans le cadre de l’exécution de l’obligation d’information et de conseil du vendeur.

Le régime de responsabilité (et de prescription) n’était évidemment pas le même.

Cette thèse n’a pas été retenue par la troisième chambre qui a pris soin de préciser le rôle exact du préposé du fournisseur pour le qualifier de constructeur.

Il reste que la définition par le fournisseur, fabricant de matériaux des fiches de poste définissant, pour les préposés aux livraisons, la conduite à tenir, vont être difficiles à établir.

En tant que vendeur, le fournisseur du matériau reste effectivement tenu à une obligation d’information et de conseil.

Cependant, si les conseils sont trop précis, il peut devenir, sans le savoir, et sans avoir signé de contrat en ce sens, maître d’œuvre et donc constructeur soumis au régime de la garantie décennale.

Ajoutons à cela que, dans ce cadre, le fournisseur du matériau devenu constructeur se trouve soumis à l’assurance de responsabilité obligatoire en application des dispositions de l’article L.241-1 du Code des assurances.

Il va donc falloir que les fournisseurs de matériaux « sophistiqués » nécessitant, pour leur mise en œuvre, des conseils spécifiques, revoient leurs polices d’assurance ou redéfinissent les modalités de délivrance des conseils techniques qui devront restées exclusivement écrits.

A rapprocher : Article 1792 du Code civil ; Article 1792-4 du Code civil ; Article L.241-1 du Code des assurances ; Cass. civ. 3ème, 24 novembre 1987, n°86-15.489

VOIR AUSSI

Désordre de construction : l’étendue des travaux de reprise doit être strictement justifiée

Cass. civ. 3ème, 21 juin 2018, n°17-15.897

- Vu : 864
Dès lors que le désordre affectant le local commercial d’un immeuble, consistant en la violation des normes d’accessibilité aux personnes handicapées, peut être réparé soit par l’aménagement du trottoir soit par l’abaissement du seuil du local, la destruction et la reconstruction complète de l’ouvrage n’est pas justifiée. > Lire la suite

Preuve de la réception tacite de l’ouvrage

Cass. civ. 3ème, 13 juillet 2017, n°16-19.438

- Vu : 4399

En l'absence de preuve de la volonté des maîtres de l'ouvrage d'accepter l’ouvrage, la réception tacite ne peut être retenue et seule la responsabilité contractuelle de la société ayant réalisé les travaux peut être recherchée.

> Lire la suite


Les plus vus...
Élément d’équipement dissociable – Feu ! dans la garantie décennale
6 novembre 2017 - Vu : 12277
[...] les désordres affectant des éléments d’équipement, dissociables ou non, d’origine ou installés sur existant, relèvent de la responsabilité ...
> Lire la suite
Caducité de plein droit de la promesse de vente en cas de défaillance de la condition suspensive
31 mars 2017 - Vu : 10644
La Cour de cassation précise le sort de la promesse synallagmatique de vente assortie de conditions suspensives non réalisées à ...
> Lire la suite
VEFA - Causes légitimes de suspension du délai de livraison
4 septembre 2017 - Vu : 10167
Dans la vente en état futur d’achèvement, les jours d'intempéries antérieurs à la date d'acquisition peuvent ne pas ...
> Lire la suite
Etat des risques : nouvelles informations issues de l’arrêté du 18 décembre 2017
8 mars 2018 - Vu : 6207
L’arrêté du 18 décembre 2017, dont les dispositions sont entrées en vigueur le 1er janvier 2018, remplace l’imprimé répertoriant les ...
> Lire la suite
Copyright ©2017 La lettre de l'Immobilier | Création et réalisation Webcd©