webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation Notre approche Nos départements Nos avocats Nos distinctions Nous contacter Equipe immobilier Agenda / évènements Nos événements Autres événements Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Réseau Simon Avocats Actifs / Propriete Immobilière Aménagement / Urbanisme Baux Civils / Commerciaux Construction / Responsabilité Des Constructeurs Copropriété Gestion Immobilière / Professions Immobilières Fiscalité International Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre de l'immobilier
L'actualité juridique et économique des acteurs de l’immobilier par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >Copropriété Gestion Immobilière / Professions Immobilières

Droit de passage sur des parties communes au profit d'un copropriétaire : droit exclusif

Cass. civ. 3ème, 1er février 2018, n°17-10.482

La mention, dans l'état descriptif de division, d'un « droit de passage » sur des parties communes, au bénéfice d'un copropriétaire, doit s'analyser comme révélant un droit exclusif à son profit.



Ce qu’il faut retenir : La mention, dans l'état descriptif de division, d'un « droit de passage » sur des parties communes, au bénéfice d'un copropriétaire, doit s'analyser comme révélant un droit exclusif à son profit.

Pour approfondir : Dans cette affaire, le syndicat des copropriétaires d’un immeuble a assigné l’un des copropriétaires, propriétaire du lot n°24, en remise en état de l'entrée charretière, partie commune sur laquelle le copropriétaire bénéficiait d’un droit de passage, située au rez-de-chaussée de l'immeuble.

Pour déclarer recevable la demande du syndicat, la Cour d'appel a retenu qu'il résultait de l'état descriptif de division que le copropriétaire ne bénéficiait sur l'entrée charretière que d'un « droit de passage » et que l'article 10 du règlement de copropriété n'énonçait pas que la jouissance exclusive ou privative de cette entrée était attribuée au propriétaire du lot n°24. Le copropriétaire ainsi condamné s’est pourvu en cassation.

La question posée à la Cour était de savoir comment interpréter le « droit de passage » attribué à un lot sur une partie commune.

La troisième Chambre civile de la Cour de cassation casse et annule l’arrêt rendu par la Cour d’appel au visa de l'article 1134 du Code civil, dans sa rédaction antérieure à celle issue de l'ordonnance du 10 février 2016, et de l'article 9 de la loi du 10 juillet 1965.

La Cour de cassation reproche à la Cour d’appel d’avoir ainsi statué, sans rechercher, comme il le lui était demandé, si la mention d'un « droit de passage » dans l'état descriptif de division au seul bénéfice du propriétaire du lot n°24 ne révélait pas qu'il s'agissait d'un droit exclusif.

Pour la Cour d’appel, il ne s’agissait pas d’un droit de jouissance exclusif mais d'un simple droit de passage, étant rappelé que les parties communes sont la propriété indivise de tous les copropriétaires, ceux-ci pouvant en user et en jouir librement.

Mais la Cour de cassation admet que l’attribution à un copropriétaire d’un droit sur une partie commune ne peut se comprendre s’il n’en découle pas une exclusivité dans la jouissance de ce droit.

A rapprocher : article 1134 du Code civil (dans sa rédaction antérieure à celle issue de l'ordonnance du 10 février 2016, et de l'article 9 de la loi du 10 juillet 1965)

VOIR AUSSI

Vente de lots issus de leur division et paiement des charges de copropriété

Cass. civ. 3ème, 7 février 2019, n°17-31.101

- Vu : 205

L’opposabilité au syndicat des copropriétaires de la cession d’une fraction d’un lot divisé n’est pas subordonnée à l’approbation de la nouvelle répartition des charges par l’assemblée générale.

> Lire la suite

L’autorisation d’occupation précaire des parties communes relève de la majorité simple

Cass. civ. 3ème, 5 avril 2018, n°17-14.138

- Vu : 514

La décision autorisant l’occupation des parties communes, consentie à titre précaire et sur une surface déterminée, relève de la majorité simple dans la mesure où elle est révocable et que l’installation est démontable.

> Lire la suite


Les plus vus...
Élément d’équipement dissociable – Feu ! dans la garantie décennale
6 novembre 2017 - Vu : 10215
[...] les désordres affectant des éléments d’équipement, dissociables ou non, d’origine ou installés sur existant, relèvent de la responsabilité ...
> Lire la suite
Caducité de plein droit de la promesse de vente en cas de défaillance de la condition suspensive
31 mars 2017 - Vu : 9524
La Cour de cassation précise le sort de la promesse synallagmatique de vente assortie de conditions suspensives non réalisées à ...
> Lire la suite
VEFA - Causes légitimes de suspension du délai de livraison
4 septembre 2017 - Vu : 7929
Dans la vente en état futur d’achèvement, les jours d'intempéries antérieurs à la date d'acquisition peuvent ne pas ...
> Lire la suite
Etat des risques : nouvelles informations issues de l’arrêté du 18 décembre 2017
8 mars 2018 - Vu : 5609
L’arrêté du 18 décembre 2017, dont les dispositions sont entrées en vigueur le 1er janvier 2018, remplace l’imprimé répertoriant les ...
> Lire la suite
Copyright ©2017 La lettre de l'Immobilier | Création et réalisation Webcd©