webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation Notre approche Nos départements Nos avocats Nos distinctions Nous contacter Equipe immobilier Agenda / évènements Nos événements Autres événements Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Réseau Simon Avocats Actifs / Propriete Immobilière Aménagement / Urbanisme Baux Civils / Commerciaux Construction / Responsabilité Des Constructeurs Copropriété Gestion Immobilière / Professions Immobilières Fiscalité International Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre de l'immobilier
L'actualité juridique et économique des acteurs de l’immobilier par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >Copropriété Gestion Immobilière / Professions Immobilières

L’expiration du mandat de syndic doit être appréciée à la date de convocation à l’assemblée générale

Cass. civ. 3ème, 19 octobre 2017, n°14-24.646

La date qui doit être prise en compte pour constater l’expiration, ou non, du mandat du syndic lors de la convocation, est celle de la lettre de convocation.



Ce qu’il faut retenir : La date qui doit être prise en compte pour constater l’expiration, ou non, du mandat du syndic lors de la convocation, est celle de la lettre de convocation, et non celle du jour de tenue de l’assemblée générale, ni celle du jour de réception de la convocation par les copropriétaires.

Pour approfondir : Dans cette affaire, par lettre du 26 octobre 2011, deux copropriétaires d’un immeuble ont été convoqués par le syndic à une assemblée générale devant se tenir le 1er décembre 2011, étant précisé que le mandat du syndic prenait fin le 28 octobre 2011. Les copropriétaires ont estimé qu’ils n’avaient pas été convoqués régulièrement, le syndic n’étant plus en exercice au jour de leur réception de la lettre de convocation. Les copropriétaires ont assigné le syndicat de copropriétaires de l’immeuble et le syndic aux fins d’annulation des décisions votées lors de l’assemblée générale.

Les deux copropriétaires estimaient que la date à prendre en considération pour apprécier l’expiration du mandat du syndic était celle de la réception de la lettre de convocation à l’assemblée générale. La Cour d’appel a considéré qu’il fallait apprécier l’expiration du mandat du syndic à la date de la lettre de convocation, et qu’en l’espèce, les copropriétaires ayant été convoqués antérieurement à l’expiration du mandat de syndic, la nullité n’était pas encourue.

Suite au pourvoi formé par les copropriétaires, la Cour de cassation a approuvé la décision d’appel.

Il convient de rappeler que, selon les dispositions du décret n°67-223 du 17 mars 1967, pris pour application de la loi n°65-557 du 10 juillet 1965 fixant le statut de la copropriété des immeubles bâtis, l’assemblée générale est en principe convoquée par le syndic. La jurisprudence précise qu’il appartient au syndic de convoquer l’assemblée générale avant l’expiration de son mandat (Cass. civ. 3ème, 12 septembre 2006, n°05-15.987). Or, une assemblée générale convoquée par un syndic dont le mandat a expiré encoure la nullité (Cass. civ. 3ème, 8 juin 2011, n°10-20.231).

Par cet arrêt du 19 octobre 2017, la Haute juridiction confirme la position de la jurisprudence antérieure, en rappelant que la date devant être prise en compte pour constater l’expiration, ou non, du mandat du syndic lors de la convocation, est celle de la lettre de convocation, et non celle du jour de tenue de l’assemblée générale, ni celle du jour de réception de la convocation par les copropriétaires.

A rapprocher : Cass. civ. 3ème, 12 septembre 2006, n°05-15.987 ; Cass. civ. 3ème, 8 juin 2011, n°10-20.231

 

sbarruet@simonassocies.com

VOIR AUSSI

Lots divisés pour de la location de courte période : condamnation des copropriétaires à la remise en état des lieux

Cass. civ. 3ème, 8 mars 2018, n°14-15.864

- Vu : 644

La Cour d’appel, dans cet arrêt, a légalement justifié sa décision d’ordonner la remise en état des lieux.

> Lire la suite

Validité du règlement de copropriété fixant des tantièmes de propriété par bloc d'immeuble

Cass. civ. 3ème, 7 septembre 2017, n°16-18.331

- Vu : 1187

Si l'article 22 de la loi du 10 juillet 1965 exige que les quotes-parts de parties communes soient attribuées à chaque lot, n'est pas nécessairement contraire à ces dispositions d'ordre public, le règlement de copropriété fixant les tantièmes non pas par copropriétaire mais par bloc d'immeuble...

> Lire la suite


Les plus vus...
Élément d’équipement dissociable – Feu ! dans la garantie décennale
6 novembre 2017 - Vu : 11879
[...] les désordres affectant des éléments d’équipement, dissociables ou non, d’origine ou installés sur existant, relèvent de la responsabilité ...
> Lire la suite
Caducité de plein droit de la promesse de vente en cas de défaillance de la condition suspensive
31 mars 2017 - Vu : 10409
La Cour de cassation précise le sort de la promesse synallagmatique de vente assortie de conditions suspensives non réalisées à ...
> Lire la suite
VEFA - Causes légitimes de suspension du délai de livraison
4 septembre 2017 - Vu : 9736
Dans la vente en état futur d’achèvement, les jours d'intempéries antérieurs à la date d'acquisition peuvent ne pas ...
> Lire la suite
Etat des risques : nouvelles informations issues de l’arrêté du 18 décembre 2017
8 mars 2018 - Vu : 6069
L’arrêté du 18 décembre 2017, dont les dispositions sont entrées en vigueur le 1er janvier 2018, remplace l’imprimé répertoriant les ...
> Lire la suite
Copyright ©2017 La lettre de l'Immobilier | Création et réalisation Webcd©