webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation Notre approche Nos départements Nos avocats Nos distinctions Nous contacter Equipe immobilier Agenda / évènements Nos événements Autres événements Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Réseau Simon Avocats Actifs / Propriete Immobilière Aménagement / Urbanisme Baux Civils / Commerciaux Construction / Responsabilité Des Constructeurs Copropriété Gestion Immobilière / Professions Immobilières Fiscalité International Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre de l'immobilier
L'actualité juridique et économique des acteurs de l’immobilier par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >Aménagement / Urbanisme

Compétence du juge administratif à l’égard des mesures consécutives à l’annulation d’une décision de préemption

Tribunal des conflits, 12 juin 2017, n°C4085

Le Tribunal des conflits est venu préciser que [...] le juge administratif reste compétent pour se prononcer sur les mesures qu’implique l’annulation de la décision de préemption.



Ce qu’il faut retenir : Par un arrêt en date 12 juin 2017, le Tribunal des conflits est venu préciser que, nonobstant la création, par la loi ALUR, d’un bloc de compétence au profit du juge judiciaire pour statuer sur les conséquences de la vente réalisée sur la base d’une décision de préemption ensuite annulée, le juge administratif reste compétent pour se prononcer sur les mesures qu’implique l’annulation de la décision de préemption.

Pour approfondir : La société Foncière Mahdia s’était portée acquéreur, auprès de la SCI du 123 rue du Chemin Vert, d’un immeuble situé à Paris, mais l’office public de l’habitat Paris Habitat a exercé son droit de préemption le 29 juillet 2013.

La décision de préemption a toutefois été annulée par le tribunal administratif de Paris : il incombait donc à l’OPH Paris-Habitat, en application des dispositions de l’article L.213-11-1 du Code de l’urbanisme, de proposer en premier lieu à la SCI du 123 rue du Chemin Vert, ancien propriétaire de l’immeuble, d’acquérir le bien en priorité puis, en cas de refus, de proposer cette acquisition à la société Foncière Mahdia, acquéreur évincé.

S’étant abstenue de procéder à ces deux formalités nonobstant les demandes faites en ce sens par la société Foncière Mahdia, cette dernière saisit le tribunal administratif d’un recours en annulation contre le rejet implicite de l’OPH Paris Habitat de faire ces deux propositions d’acquisition.

L’OPH Paris Habitat ayant soulevé l’incompétence des juridictions administratives au projet des juridictions judiciaires, le tribunal administratif de Paris saisit le Tribunal des conflits pour se prononcer sur la question de compétence.

Le Tribunal des conflits tranche au profit des juridictions administratives.

Il rappelle d’abord que, en application des dispositions de l’article L.213-12 du Code de l’urbanisme, « lorsque la juridiction administrative a annulé une décision de préemption d'un bien, il appartient au juge judiciaire, en cas de non-respect, par le titulaire du droit de préemption, de son obligation de proposer l'acquisition du bien à l'ancien propriétaire, puis, le cas échéant, à l'acquéreur évincé, de connaître des actions indemnitaires que l'un et l'autre sont susceptibles d'engager » ; il ajoute ensuite que « le juge judiciaire est par ailleurs seul compétent pour statuer sur une action en nullité du contrat de vente par lequel la personne détentrice du droit de préemption est devenue propriétaire du bien ».

Mais il rappelle également que c’est au juge administratif qu’il appartient d’exercer les pouvoirs qu’il tient des articles L.911-1 du Code de justice administrative, et en particulier de prescrire à la personne publique dont la décision a été annulée de prendre une mesure d’exécution déterminée, le cas échéant sous astreinte.

Dans ces conditions, le tribunal des conflits considère qu’il appartient au juge administratif de se prononcer sur la légalité de la décision implicite de l’office public habitat Paris Habitat de refuser de proposer l’acquisition de l’immeuble illégalement préempté à l’ancien propriétaire, d’abord, et à l’acquéreur évincé, ensuite.

 

irobertvedie@simonassocies.com

VOIR AUSSI

Précisions sur ce qui doit être ou non intégré dans le calcul de la surface de vente

CE, 6 juin 2018, Société Hurtevent, n°405608

- Vu : 827

Par un arrêt en date du 6 juin 2018, le Conseil d’Etat a apporté plusieurs précisions importantes  en matière d’urbanisme commercial.

> Lire la suite

Appréciation du préjudice subi par le lotisseur en cas de refus illégal d’un permis d’aménager

CE, 12 juillet 2017, n°394941

- Vu : 888

Par un arrêt en date du 12 juillet 2017, le Conseil d’Etat a précisé les conditions du droit à indemnisation du lotisseur lorsque celui-ci s’est vu confronté à l’impossibilité de réaliser une opération immobilière, en raison de l’opposition illégale des services instructeurs à une déclaration préalable.

> Lire la suite


Les plus vus...
Élément d’équipement dissociable – Feu ! dans la garantie décennale
6 novembre 2017 - Vu : 11328
[...] les désordres affectant des éléments d’équipement, dissociables ou non, d’origine ou installés sur existant, relèvent de la responsabilité ...
> Lire la suite
Caducité de plein droit de la promesse de vente en cas de défaillance de la condition suspensive
31 mars 2017 - Vu : 10104
La Cour de cassation précise le sort de la promesse synallagmatique de vente assortie de conditions suspensives non réalisées à ...
> Lire la suite
VEFA - Causes légitimes de suspension du délai de livraison
4 septembre 2017 - Vu : 9147
Dans la vente en état futur d’achèvement, les jours d'intempéries antérieurs à la date d'acquisition peuvent ne pas ...
> Lire la suite
Etat des risques : nouvelles informations issues de l’arrêté du 18 décembre 2017
8 mars 2018 - Vu : 5902
L’arrêté du 18 décembre 2017, dont les dispositions sont entrées en vigueur le 1er janvier 2018, remplace l’imprimé répertoriant les ...
> Lire la suite
Copyright ©2017 La lettre de l'Immobilier | Création et réalisation Webcd©