Responsabilité du syndicat des copropriétaires : nuisances générées par un ascenseur vétuste

Photo de profil - BARRUET Sophie | Avocat | Lettre des réseaux

BARRUET Sophie

Avocat

CA Paris, 1er mars 2017, n°10/03698

L’ascenseur étant un élément d’équipement commun, les nuisances qu’il génère, notamment le bruit causé par un appareil vétuste, relèvent de la responsabilité du syndicat des copropriétaires sur le fondement de l’article 14 de la loi n° 65-557 du 10 juillet 1965.

Ce qu’il faut retenir : L’ascenseur étant un élément d’équipement commun, les nuisances qu’il génère, notamment le bruit causé par un appareil vétuste, relèvent de la responsabilité du syndicat des copropriétaires sur le fondement de l’article 14 de la loi n° 65-557 du 10 juillet 1965. Le syndicat des copropriétaires est responsable du bon fonctionnement de l’ascenseur et de la mise à disposition d’un appareil ne générant pas de nuisances sonores au-delà des normes admissibles.
 

Pour approfondir : En l’espèce, le propriétaire d’un appartement situé à proximité de la machinerie de l’ascenseur se plaignant du bruit causé par le fonctionnement de cet appareil, a assigné le syndicat des copropriétaires de son immeuble devant le tribunal d’instance afin d’obtenir la désignation d’un expert, lequel a déposé son rapport. Au vu de ce rapport, le propriétaire de l’appartement a notamment demandé la réalisation de travaux sous astreinte et l’indemnisation de son préjudice de jouissance. Le syndicat des copropriétaires a, de son côté, conclu au rejet de ces demandes en soulevant la caducité de la désignation de l’expert.

En première instance, le Tribunal a condamné le syndicat des copropriétaires à effectuer à ses frais les travaux de rénovation de qualité de l’ascenseur et à assurer un entretien méticuleux de celui-ci pour apporter une amélioration à la situation constatée et dit que ces travaux devraient être exécutés dans les six mois de la signification du jugement. Le syndicat des copropriétaires a fait appel du jugement.

Par un arrêt du 1er mars 2017, la Cour d’appel de Paris a indiqué que l’ascenseur étant un élément d’équipement commun, les nuisances qu’il génère, notamment le bruit causé par un appareil vétuste, relèvent de la responsabilité du syndicat des copropriétaires sur le fondement de l’article 14 de la loi du 10 juillet 1965. Cet article prescrit en effet que le syndicat a pour objet la conservation de l’immeuble et qu’il est responsable des dommages causés aux copropriétaires ou aux tiers par le vice de construction ou le défaut d’entretien des parties communes. Tel était bien le cas en l’espèce.

Dès lors, bien que le syndicat des copropriétaires ait contesté la carence qui lui a été reprochée, il est bien responsable du bon fonctionnement de l’ascenseur et de la mise à disposition d’un appareil ne générant pas de nuisances sonores au-delà des normes admissibles. Dans le cas présent, l’expertise avait permis d’établir que les nuisances subies par le propriétaire étaient réelles, l’émergence constatée étant de 10 dBA alors que l’émergence admise ne devait pas dépasser 5 dBA le jour et 3 dBA la nuit. Le syndicat des copropriétaires est donc bien responsable des nuisances sonores causées et devait donc effectuer les travaux destinés à faire cesser ces nuisances et indemniser le propriétaire victime de ces nuisances du préjudice subi.

A rapprocher : CA Paris, 26 mars 1985, Numéro JurisData : 1985-022008

 

sbarruet@simonassocies.com

Sommaire

Autres articles

some
Mise en concurrence des marchés et contrats de travaux de copropriété et soumission au vote des devis
Cass. Civ. 3ème 09 mars 2022, n° 21-12.658 Afin de satisfaire à l’exigence de mise en concurrence des marchés et des contrats pour les travaux d’une copropriété et lorsque plusieurs devis ont été notifiés au plus tard en même temps…
some
Sanction du défaut d’information du cédant
Article L.145-16-1 du code de commerce Il est fréquent de stipuler dans les baux commerciaux qu’en cas de cession du bail par le preneur, ce dernier – en sa qualité de cédant – restera solidairement tenu envers le bailleur du…
some
Expropriation et copropriété : Limitation de l’indemnisation au droit juridiquement protégé
Cass. civ. 3ème, 18 mars 2021, n°20-13.562 Les indemnités allouées en application de l’article L.321-1 du Code de l’expropriation pour cause d’utilité publique couvrent l’intégralité du préjudice direct, matériel et certain. N’en fait pas partie le préjudice de copropriétaires se…
some
Action en contestation de décision d’assemblée générale : seul un copropriétaire a qualité pour agir
Cass. civ. 3ème, 10 septembre 2020, n°19-14.646 Une demande en inopposabilité d’une décision prise en assemblée générale s’analyse en une contestation d’une décision d’assemblée générale. Une telle action peut être intentée uniquement par un copropriétaire. La demande d’un locataire en inopposabilité…
Ne constitue pas une fraude le fait pour un copropriétaire de solliciter un permis de construire nonobstant l’opposition aux travaux exprimée par l’AG
CE, 23 octobre 2020, Ville de Paris et M. Antoine P., req. n°425457 Par une décision du 23 octobre 2020, qui sera mentionnée aux Tables du recueil Lebon, le Conseil d’Etat étend encore la théorie du propriétaire apparent, en allégeant…
some
Pas d’habilitation nécessaire du syndic en défense à une action à l’encontre du syndicat et appel en garantie contre l’assureur de la copropriété
Cass. civ. 3ème, 27 février 2020, n°19-10.887 Le syndic n’a pas à être autorisé par l’assemblée générale des copropriétaires pour défendre à l’action introduite à l’encontre du syndicat et former une demande en garantie contre l’assureur de la copropriété. Dans…