webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation Notre approche Nos départements Nos avocats Nos distinctions Nous contacter Equipe immobilier Agenda / évènements Nos événements Autres événements Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Réseau Simon Avocats Actifs / Propriete Immobilière Aménagement / Urbanisme Baux Civils / Commerciaux Construction / Responsabilité Des Constructeurs Copropriété Gestion Immobilière / Professions Immobilières Fiscalité International Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre de l'immobilier
L'actualité juridique et économique des acteurs de l’immobilier par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >Copropriété Gestion Immobilière / Professions Immobilières

Responsabilité du syndicat des copropriétaires : nuisances générées par un ascenseur vétuste

CA Paris, 1er mars 2017, n°10/03698

L'ascenseur étant un élément d'équipement commun, les nuisances qu'il génère, notamment le bruit causé par un appareil vétuste, relèvent de la responsabilité du syndicat des copropriétaires sur le fondement de l'article 14 de la loi n° 65-557 du 10 juillet 1965.



Ce qu’il faut retenir : L'ascenseur étant un élément d'équipement commun, les nuisances qu'il génère, notamment le bruit causé par un appareil vétuste, relèvent de la responsabilité du syndicat des copropriétaires sur le fondement de l'article 14 de la loi n° 65-557 du 10 juillet 1965. Le syndicat des copropriétaires est responsable du bon fonctionnement de l'ascenseur et de la mise à disposition d'un appareil ne générant pas de nuisances sonores au-delà des normes admissibles.
 

Pour approfondir : En l’espèce, le propriétaire d'un appartement situé à proximité de la machinerie de l'ascenseur se plaignant du bruit causé par le fonctionnement de cet appareil, a assigné le syndicat des copropriétaires de son immeuble devant le tribunal d'instance afin d'obtenir la désignation d'un expert, lequel a déposé son rapport. Au vu de ce rapport, le propriétaire de l’appartement a notamment demandé la réalisation de travaux sous astreinte et l'indemnisation de son préjudice de jouissance. Le syndicat des copropriétaires a, de son côté, conclu au rejet de ces demandes en soulevant la caducité de la désignation de l'expert.

En première instance, le Tribunal a condamné le syndicat des copropriétaires à effectuer à ses frais les travaux de rénovation de qualité de l'ascenseur et à assurer un entretien méticuleux de celui-ci pour apporter une amélioration à la situation constatée et dit que ces travaux devraient être exécutés dans les six mois de la signification du jugement. Le syndicat des copropriétaires a fait appel du jugement.

Par un arrêt du 1er mars 2017, la Cour d’appel de Paris a indiqué que l'ascenseur étant un élément d'équipement commun, les nuisances qu'il génère, notamment le bruit causé par un appareil vétuste, relèvent de la responsabilité du syndicat des copropriétaires sur le fondement de l'article 14 de la loi du 10 juillet 1965. Cet article prescrit en effet que le syndicat a pour objet la conservation de l'immeuble et qu'il est responsable des dommages causés aux copropriétaires ou aux tiers par le vice de construction ou le défaut d'entretien des parties communes. Tel était bien le cas en l'espèce.

Dès lors, bien que le syndicat des copropriétaires ait contesté la carence qui lui a été reprochée, il est bien responsable du bon fonctionnement de l'ascenseur et de la mise à disposition d'un appareil ne générant pas de nuisances sonores au-delà des normes admissibles. Dans le cas présent, l'expertise avait permis d'établir que les nuisances subies par le propriétaire étaient réelles, l'émergence constatée étant de 10 dBA alors que l'émergence admise ne devait pas dépasser 5 dBA le jour et 3 dBA la nuit. Le syndicat des copropriétaires est donc bien responsable des nuisances sonores causées et devait donc effectuer les travaux destinés à faire cesser ces nuisances et indemniser le propriétaire victime de ces nuisances du préjudice subi.

A rapprocher : CA Paris, 26 mars 1985, Numéro JurisData : 1985-022008

 

sbarruet@simonassocies.com

VOIR AUSSI

Autorisation d’agir en justice donnée au syndic : Nécessité d’indiquer l’identité des personnes à assigner ?

Cass. civ. 3ème, 23 janvier 2020, n°19-11.863

- Vu : 847

Il résulte de l’article 55 du décret du 17 mars 1967 que l’autorisation d’agir en justice donnée au syndic vaut, à défaut de limitation des pouvoirs de celui-ci, à l’égard de l’ensemble des personnes concernées par l’obligation dont il est demandé le respect. A ce titre, il n’est pas imposé que, dans l’autorisation d’agir en justice donnée au syndic par une assemblée générale, l’identité des personnes à assigner soit précisée, dès lors que cette identité est déterminable.

> Lire la suite

Voies de recours contre l’ordonnance de référé ayant prononcé la remise en état des lieux

Cass. civ. 3ème, 21 février 2019, n°18-13.543

- Vu : 1527

L'annulation d'une décision de justice ne peut être demandée que par les voies de recours prévues par la loi conformément à l’article 460 du Code de procédure civile. Ainsi, une Cour d’appel qui n’est pas saisie d’un recours à l’encontre d’une ordonnance de référé devenue irrévocable ne peut considérer que cette ordonnance a été rendue à tort.

> Lire la suite


Les plus vus...
Élément d’équipement dissociable – Feu ! dans la garantie décennale
6 novembre 2017 - Vu : 18612
[...] les désordres affectant des éléments d’équipement, dissociables ou non, d’origine ou installés sur existant, relèvent de la responsabilité ...
> Lire la suite
VEFA - Causes légitimes de suspension du délai de livraison
4 septembre 2017 - Vu : 17305
Dans la vente en état futur d’achèvement, les jours d'intempéries antérieurs à la date d'acquisition peuvent ne pas ...
> Lire la suite
Caducité de plein droit de la promesse de vente en cas de défaillance de la condition suspensive
31 mars 2017 - Vu : 16498
La Cour de cassation précise le sort de la promesse synallagmatique de vente assortie de conditions suspensives non réalisées à ...
> Lire la suite
Vente immobilière : l’obligation de publier une assignation en nullité ne porte pas atteinte au droit d'accès au juge
4 septembre 2017 - Vu : 13482
L’obligation de publier une assignation en nullité de vente immobilière dans les registres du service chargé de la ...
> Lire la suite
Copyright ©2017 La lettre de l'Immobilier | Création et réalisation Webcd©