Travaux de surélévation d’une maison d’habitation sans changement de destination

Photo de profil - MILLIER-LEGRAND Chantal | Avocat | Lettre des réseaux

MILLIER-LEGRAND Chantal

Avocat

Cass. crim., 21 mars 2017, RG n°16-82.404 arrêt 427

La modification a posteriori des règles administratives du PLU n’a d’incidence que sur les perspectives de régularisation et ne saurait ôter aux faits leur caractère délictuel.

Ce qu’il faut retenir : La modification a posteriori des règles administratives du PLU n’a d’incidence que sur les perspectives de régularisation et ne saurait ôter aux faits leur caractère délictuel.

La hauteur maximale des constructions ne constitue pas un changement de destination au sens de l’article R 123-9 du Code de l’urbanisme (ancienne rédaction).
 

Pour approfondir : En 2010, un propriétaire décide de surélever sa maison d’habitation d’environ 1,20 m, portant la construction à 7 mètres, sans déclaration de travaux ni permis de construire en contravention du PLU.

La destination de l’immeuble restait l’habitation.

Renvoyé devant le Tribunal correctionnel, il a été déclaré coupable et condamné à remettre les lieux en l’état.

Il a relevé appel de ce jugement.

La Cour d’appel d’Aix en Provence, dans un arrêt  du 11 mars 2016, avait retenu que la modification a posteriori des règles administratives du PLU n’avait d’incidence que sur les perspectives de régularisation, et ne saurait ôter aux faits leur caractère délictuel.

En effet, les éléments constitutifs de l’infraction pénale s’apprécient au jour de sa constatation.

La Cour de cassation confirme l’arrêt sur ce point.

L’arrêt est par contre cassé en ce que la Cour avait retenu que la hauteur maximale des constructions fait partie des changements de destination définis à l’article R 123-9 du Code de l’urbanisme.

La Cour de cassation relève : Attendu que, pour déclarer M. X… coupable du délit d’infraction aux dispositions du plan local d’urbanisme, l’arrêt attaqué retient qu’en l’absence de suppression de l’incrimination pénale, la modification a posteriori des règles administratives du PLU n’a d’incidence que sur les perspectives de régularisation et ne saurait ôter aux faits constatés leur caractère délictuel dès lors que les éléments constitutifs de l’infraction pénale s’apprécient au jour de sa constatation ; 

Mais sur le moyen, pris en sa première branche :

Vu les articles L. 421-1, R. 421-14, R. 123-9, dans sa rédaction applicable au moment des faits, du Code de l’urbanisme, ensemble l’article R. 421-17 f du même code ;

Attendu qu’il résulte des trois premiers de ces textes que sont soumis à permis de construire les travaux effectués sur des constructions existantes ayant pour effet de modifier les structures porteuses ou la façade du bâtiment, lorsque ces travaux s’accompagnent d’un changement de destination entre les neuf différentes destinations suivantes : habitation, hébergement hôtelier, bureaux, commerces, artisanat, industrie, exploitation agricole ou forestière, entrepôt, constructions et installations nécessaires aux services publics ou d’intérêt collectif ;

Attendu que, pour déclarer M. X… coupable d’exécution de travaux sans permis pour avoir surélevé sa maison d’habitation pour une hauteur totale supérieure à six mètres, l’arrêt attaqué énonce que la hauteur maximale des constructions fait partie des changements de destination définis à l’article R. 123-9 du Code de l’urbanisme ;

Mais attendu qu’en statuant ainsi, alors que la destination de l’immeuble restait l’habitation et qu’elle avait le devoir d’analyser les faits sous toutes leurs qualifications possibles, la Cour d’appel a méconnu le sens et la portée des textes susvisés et le principe ci-dessus rappelé ;

D’où il suit que la cassation est encourue ;
 

A rapprocher : le décret n° 2015-1783 du 28 décembre 2015 portant recodification du livre 1er  du Code de l’urbanisme a redéfini la notion de destination des constructions. Désormais c’est l’article R 151-27 qui fixe la liste des différentes destinations des constructions possibles. Ces 5 destinations peuvent être déclinées en 21 sous destinations mentionnées à l’article R 151-28 du Code de l’urbanisme.


cmillierlegrand@simonassocies.com

Sommaire

Autres articles

some
Permis de construire et régularisation : qui doit payer les frais irrépétibles ?
Conseil d’Etat, 28 mai 2021, Epoux V, req. n°437429 […] le Conseil d’Etat est venu apporter une inflexion à sa jurisprudence concernant les frais irrépétibles dans l’hypothèse où le rejet de la requête dirigée contre un permis de construire fait suite…
some
Loi Littoral
Espace stratégique et convoité, le domaine public maritime est soumis à une pression immobilière et économique croissante. Longtemps, l’État, propriétaire de ce domaine et en particulier des plages, n’a en effet pas cru utile ou opportun d’intervenir, ce qui explique…
some
Ne statue pas ultra petita le juge qui, saisi d’une demande de résiliation d’un contrat administratif, en prononce l’annulation
Conseil d’Etat, 9 juin 2021, CNB et M. A., req. n°438047 L’office du juge du contentieux contractuel n’est pas limité par la demande du requérant qui sollicite la résiliation d’un contrat : il peut en prononcer l’annulation. Ce qu’il faut retenir :…
some
La présomption d’urgence de l’article L.600-3 du Code de l’urbanisme prévue pour la suspension d’exécution d’une décision d’urbanisme est réfragable
Conseil d’Etat, 26 mai 2021, n°436902 La présomption d’urgence prévue par l’article L.600-3 du Code de l’urbanisme au bénéfice des requérants sollicitant la suspension provisoire de l’exécution d’une décision d’urbanisme est une présomption réfragable.  Ce qu’il faut retenir : Par un…
some
La décision par laquelle la CNAC se prononce de nouveau après annulation d’une décision antérieure au 15 février 2015 est une décision, et non un avis
CE, 27 janvier 2020, 4ème et 1ère chambres réunies, n°423529 Par un arrêt en date du 27 janvier 2020, le Conseil d’Etat vient préciser que « (…) lorsqu’à la suite d’une annulation contentieuse d’une décision de la CNAC antérieure au 15 février…
some
Le critère de préservation et revitalisation du centre-ville introduit par la loi ELAN est-il conforme à la Constitution ?
Conseil d'État, 13 décembre 2019, Conseil national des centres commerciaux, req. n°431724 Par une décision en date du 13 décembre 2019, le Conseil d’Etat a transmis au Conseil constitutionnel une question relative à la conformité, à la Constitution, des dispositions…