webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation Notre approche Nos départements Nos avocats Nos distinctions Nous contacter Equipe immobilier Agenda / évènements Nos événements Autres événements Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Réseau Simon Avocats Actifs / Propriete Immobilière Aménagement / Urbanisme Baux Civils / Commerciaux Construction / Responsabilité Des Constructeurs Copropriété Gestion Immobilière / Professions Immobilières Fiscalité International Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre de l'immobilier
L'actualité juridique et économique des acteurs de l’immobilier par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >Aménagement / Urbanisme

Travaux de surélévation d’une maison d’habitation sans changement de destination

Cass. crim., 21 mars 2017, RG n°16-82.404 arrêt 427

La modification a posteriori des règles administratives du PLU n’a d’incidence que sur les perspectives de régularisation et ne saurait ôter aux faits leur caractère délictuel.



Ce qu’il faut retenir : La modification a posteriori des règles administratives du PLU n’a d’incidence que sur les perspectives de régularisation et ne saurait ôter aux faits leur caractère délictuel.

La hauteur maximale des constructions ne constitue pas un changement de destination au sens de l’article R 123-9 du Code de l’urbanisme (ancienne rédaction).
 

Pour approfondir : En 2010, un propriétaire décide de surélever sa maison d’habitation d’environ 1,20 m, portant la construction à 7 mètres, sans déclaration de travaux ni permis de construire en contravention du PLU.

La destination de l’immeuble restait l’habitation.

Renvoyé devant le Tribunal correctionnel, il a été déclaré coupable et condamné à remettre les lieux en l’état.

Il a relevé appel de ce jugement.

La Cour d’appel d’Aix en Provence, dans un arrêt  du 11 mars 2016, avait retenu que la modification a posteriori des règles administratives du PLU n’avait d’incidence que sur les perspectives de régularisation, et ne saurait ôter aux faits leur caractère délictuel.

En effet, les éléments constitutifs de l’infraction pénale s’apprécient au jour de sa constatation.

La Cour de cassation confirme l’arrêt sur ce point.

L’arrêt est par contre cassé en ce que la Cour avait retenu que la hauteur maximale des constructions fait partie des changements de destination définis à l’article R 123-9 du Code de l’urbanisme.

La Cour de cassation relève : Attendu que, pour déclarer M. X... coupable du délit d'infraction aux dispositions du plan local d'urbanisme, l'arrêt attaqué retient qu'en l'absence de suppression de l'incrimination pénale, la modification a posteriori des règles administratives du PLU n'a d'incidence que sur les perspectives de régularisation et ne saurait ôter aux faits constatés leur caractère délictuel dès lors que les éléments constitutifs de l'infraction pénale s'apprécient au jour de sa constatation ; 

Mais sur le moyen, pris en sa première branche :

Vu les articles L. 421-1, R. 421-14, R. 123-9, dans sa rédaction applicable au moment des faits, du Code de l'urbanisme, ensemble l'article R. 421-17 f du même code ;

Attendu qu'il résulte des trois premiers de ces textes que sont soumis à permis de construire les travaux effectués sur des constructions existantes ayant pour effet de modifier les structures porteuses ou la façade du bâtiment, lorsque ces travaux s'accompagnent d'un changement de destination entre les neuf différentes destinations suivantes : habitation, hébergement hôtelier, bureaux, commerces, artisanat, industrie, exploitation agricole ou forestière, entrepôt, constructions et installations nécessaires aux services publics ou d'intérêt collectif ;

Attendu que, pour déclarer M. X... coupable d'exécution de travaux sans permis pour avoir surélevé sa maison d'habitation pour une hauteur totale supérieure à six mètres, l'arrêt attaqué énonce que la hauteur maximale des constructions fait partie des changements de destination définis à l'article R. 123-9 du Code de l'urbanisme ;

Mais attendu qu'en statuant ainsi, alors que la destination de l'immeuble restait l'habitation et qu'elle avait le devoir d'analyser les faits sous toutes leurs qualifications possibles, la Cour d'appel a méconnu le sens et la portée des textes susvisés et le principe ci-dessus rappelé ;

D'où il suit que la cassation est encourue ;
 

A rapprocher : le décret n° 2015-1783 du 28 décembre 2015 portant recodification du livre 1er  du Code de l’urbanisme a redéfini la notion de destination des constructions. Désormais c’est l’article R 151-27 qui fixe la liste des différentes destinations des constructions possibles. Ces 5 destinations peuvent être déclinées en 21 sous destinations mentionnées à l’article R 151-28 du Code de l’urbanisme.


cmillierlegrand@simonassocies.com

VOIR AUSSI

Qui est le débiteur de la taxe d’aménagement en cas de pétitionnaires multiples ?

CE, 19 juin 2019, Ministère de la cohésion des territoires, n°413967

- Vu : 564

Lorsqu’un permis de construire valant division est délivré au bénéfice de plusieurs pétitionnaires, la taxe d’aménagement peut être mise à la charge soit de l'un quelconque des bénéficiaires du permis, soit de chacun de ces bénéficiaires, à la condition cependant que le montant total exigé par les différents titres de perception émis n'excède pas celui de la taxe d’aménagement exigible.

> Lire la suite

Appréciation du préjudice subi par le lotisseur en cas de refus illégal d’un permis d’aménager

CE, 12 juillet 2017, n°394941

- Vu : 1099

Par un arrêt en date du 12 juillet 2017, le Conseil d’Etat a précisé les conditions du droit à indemnisation du lotisseur lorsque celui-ci s’est vu confronté à l’impossibilité de réaliser une opération immobilière, en raison de l’opposition illégale des services instructeurs à une déclaration préalable.

> Lire la suite


Les plus vus...
Élément d’équipement dissociable – Feu ! dans la garantie décennale
6 novembre 2017 - Vu : 13845
[...] les désordres affectant des éléments d’équipement, dissociables ou non, d’origine ou installés sur existant, relèvent de la responsabilité ...
> Lire la suite
Caducité de plein droit de la promesse de vente en cas de défaillance de la condition suspensive
31 mars 2017 - Vu : 12030
La Cour de cassation précise le sort de la promesse synallagmatique de vente assortie de conditions suspensives non réalisées à ...
> Lire la suite
VEFA - Causes légitimes de suspension du délai de livraison
4 septembre 2017 - Vu : 11980
Dans la vente en état futur d’achèvement, les jours d'intempéries antérieurs à la date d'acquisition peuvent ne pas ...
> Lire la suite
Vente immobilière : l’obligation de publier une assignation en nullité ne porte pas atteinte au droit d'accès au juge
4 septembre 2017 - Vu : 7619
L’obligation de publier une assignation en nullité de vente immobilière dans les registres du service chargé de la ...
> Lire la suite
Copyright ©2017 La lettre de l'Immobilier | Création et réalisation Webcd©