webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation Notre approche Nos départements Nos avocats Nos distinctions Nous contacter Equipe immobilier Agenda / évènements Nos événements Autres événements Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Réseau Simon Avocats Actifs / Propriete Immobilière Aménagement / Urbanisme Baux Civils / Commerciaux Construction / Responsabilité Des Constructeurs Copropriété Gestion Immobilière / Professions Immobilières Fiscalité International Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre de l'immobilier
L'actualité juridique et économique des acteurs de l’immobilier par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >Copropriété Gestion Immobilière / Professions Immobilières

Expropriation et copropriété : Limitation de l’indemnisation au droit juridiquement protégé

Cass. civ. 3ème, 18 mars 2021, n°20-13.562

Les indemnités allouées en application de l’article L.321-1 du Code de l’expropriation pour cause d’utilité publique couvrent l’intégralité du préjudice direct, matériel et certain. N’en fait pas partie le préjudice de copropriétaires se prévalant d’une perte de stationnement, dès lors que le stationnement sur la parcelle expropriée était prohibé par le règlement de copropriété et qu’ils ne pouvaient se prévaloir d’un droit juridiquement protégé dont la perte ouvrirait droit à indemnisation.

A titre liminaire, il convient de rappeler que le juge judiciaire se charge de déterminer l’indemnité de dépossession ainsi que toute autre indemnité accessoire permettant de réparer l’intégralité du préjudice causé au propriétaire du fait de l’expropriation

Dans cette affaire, le juge devait statuer sur la fixation des indemnités revenant au syndicat des copropriétaires d’une résidence au titre de l’expropriation, au profit d’un établissement public, d’une voie privée constituant une partie commune et utilisée, par tolérance de la copropriété, comme stationnement par certains copropriétaires.

A ce titre, plusieurs copropriétaires sollicitaient parallèlement l’octroi d’une indemnité pour perte de stationnement. La Cour d’appel a fait droit à la demande des copropriétaires.

L'établissement public a formé un pourvoi en cassation à l’encontre de l’arrêt rendu par la Cour d’appel en soutenant « que seule la privation d’un droit juridiquement protégé peut donner lieu à indemnisation ; qu’en l’espèce, la cour d’appel a elle-même constaté que les copropriétaires ne pouvaient se prévaloir d’un droit à bénéficier d’une place de parking, que cet usage était prohibé par le règlement de copropriété, qu’il était par conséquent précaire, et qu’il ne procédait que d’une tolérance de la copropriété ; qu’en décidant néanmoins d’allouer une indemnité destinée à compenser la perte d’un avantage qui n’était pas juridiquement protégé, la cour d’appel a violé l’article L. 321-1 du code de l’expropriation. »

Au visa l’article L.321-1 du Code de l’expropriation pour cause d'utilité publique, la Cour de cassation rappelle que les indemnités allouées couvrent l'intégralité du préjudice direct, matériel et certain causé par l'expropriation.

Dans le cas présent, la Cour de cassation relève que pour allouer à certains copropriétaires une indemnité pour perte de stationnement, la Cour d’appel a retenu que, si le stationnement sur la voie expropriée, non matérialisé au sol, était prohibé par le règlement de copropriété, cette interdiction n'était pas formalisée par une signalisation adéquate, de sorte que tout un chacun, copropriétaire ou non, pouvait y garer son véhicule et que, si les quatre copropriétaires, qui avaient pris l'habitude d'y stationner leurs véhicules, ne pouvaient se prévaloir d'un véritable droit à une place parking, ils devaient néanmoins être indemnisés pour la perte de cet usage précaire et toléré par la copropriété.

La Haute juridiction estime qu’en statuant ainsi, après avoir constaté que le stationnement était prohibé par le règlement de copropriété et qu'il faisait l’objet d’une simple tolérance de la copropriété, la Cour d'appel, n’avait pas tiré les conséquences légales de ses propres constatations dont il s'évinçait que les intéressés ne pouvaient se prévaloir d’un droit juridiquement protégé dont la perte ouvrirait droit à indemnisation, et a, en conséquence, violé le texte susvisé.

Ainsi, la Cour de cassation fait une interprétation stricte de l’article L.321-1 du Code de l’expropriation pour cause d'utilité publique et limite l’indemnisation aux seuls préjudices directs, matériels et certains causés par l’expropriation, résultant dans le cas présent d’un droit juridiquement protégé.


A rapprocher : Article L.321-1 du Code de l’expropriation

VOIR AUSSI

Absence de mention sur le procès-verbal du nom du copropriétaire opposant

Cass. civ. 3ème, 11 juillet 2019, n°18-18.615

- Vu : 1593

L'absence de mention sur le procès-verbal du nom du copropriétaire ayant voté contre la résolution soumise au vote, imposée par l'article 17 du décret n°67-223 du 17 mars 1967, est sans incidence sur la régularité du vote, dès lors que ce copropriétaire était identifiable sans aucune équivoque par rapprochement des actes de l'assemblée.

> Lire la suite

Contenu de la fiche synthétique en copropriété

Décret d’application de la loi ALUR, n°2016-1822, 21 décembre 2016, JO 23 décembre 2016

- Vu : 2196

Le décret n° 2016-1822 du 21 décembre 2016 [...] impose désormais au syndic de copropriété d’établir une fiche synthétique de la copropriété qui regroupe les données financières et techniques essentielles relatives à la copropriété et à son bâti.

> Lire la suite


Les plus vus...
Élément d’équipement dissociable – Feu ! dans la garantie décennale
6 novembre 2017 - Vu : 21847
[...] les désordres affectant des éléments d’équipement, dissociables ou non, d’origine ou installés sur existant, relèvent de la responsabilité ...
> Lire la suite
VEFA - Causes légitimes de suspension du délai de livraison
4 septembre 2017 - Vu : 20145
Dans la vente en état futur d’achèvement, les jours d'intempéries antérieurs à la date d'acquisition peuvent ne pas ...
> Lire la suite
Caducité de plein droit de la promesse de vente en cas de défaillance de la condition suspensive
31 mars 2017 - Vu : 19960
La Cour de cassation précise le sort de la promesse synallagmatique de vente assortie de conditions suspensives non réalisées à ...
> Lire la suite
Vente immobilière : l’obligation de publier une assignation en nullité ne porte pas atteinte au droit d'accès au juge
4 septembre 2017 - Vu : 18365
L’obligation de publier une assignation en nullité de vente immobilière dans les registres du service chargé de la ...
> Lire la suite
Copyright ©2017 La lettre de l'Immobilier | Création et réalisation Webcd©