webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation Notre approche Nos départements Nos avocats Nos distinctions Nous contacter Equipe immobilier Agenda / évènements Nos événements Autres événements Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Réseau Simon Avocats Actifs / Propriete Immobilière Aménagement / Urbanisme Baux Civils / Commerciaux Construction / Responsabilité Des Constructeurs Copropriété Gestion Immobilière / Professions Immobilières Fiscalité International Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre de l'immobilier
L'actualité juridique et économique des acteurs de l’immobilier par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >Construction / Responsabilité Des Constructeurs

Résiliation du marché de travaux aux torts réciproques des parties

Cass. civ. 3ème, 6 septembre 2018, n°17-22.026

La résiliation du marché de travaux peut être prononcée aux torts réciproques des parties, dès lors que ni le maître d’ouvrage ni le constructeur ne souhaitent en poursuivre l’exécution.



La résolution d’un engagement a pour effet de mettre un terme au lien contractuel existant entre les parties, étant cependant précisé qu’une telle rupture est qualifiée de résiliation lorsqu’elle ne produit ses effets que pour l’avenir.

Régie par les articles 1224 et suivants du Code civil (qui remplacent – depuis l’entrée en vigueur de l’ordonnance n°2016-131 du 10 février 2016 portant réforme du droit des contrats, du régime général et de la preuve des obligations – les dispositions des articles 1184 et suivants anciens du Code civil), la résiliation du contrat peut résulter, suite à un défaut d’exécution de ses obligations par l’une ou les parties, soit de la volonté commune des cocontractants, soit seulement du souhait de l’un d’entre eux.

Il est ainsi prévu, conformément aux dispositions de l’article 1228 du Code civil que : « le juge peut, selon les circonstances, constater ou prononcer la résolution, ou ordonner l'exécution du contrat, en accordant éventuellement un délai au débiteur, ou allouer seulement des dommages-intérêts ».

Au titre de son pouvoir d’appréciation, le juge peut, en fonction notamment des fautes commises durant l’exécution du contrat, prononcer la résiliation :

  • soit aux torts exclusifs de l’une des parties,
  • soit aux torts partagés.

C’est ainsi que par un arrêt du 6 septembre 2018, la Troisième chambre civile de la Cour de cassation a approuvé la décision rendue, le 23 mai 2017, par la Cour d’appel de Grenoble en retenant :

« Mais attendu qu'ayant relevé que les parties n'avaient ni l'une, ni l'autre, voulu sérieusement poursuivre l'exécution du contrat après le dépôt du rapport d'expertise, la Cour d'appel, qui, sans être tenue de procéder à une recherche qui ne lui était pas demandée, a pu prononcer la résiliation du marché de travaux aux torts réciproques des parties, a légalement justifié sa décision ».

En l’espèce, des particuliers ont confié à une entreprise de travaux la construction d’une maison individuelle sous leur maîtrise d’ouvrage.

Au cours de la phase d’exécution du marché, les maîtres d’ouvrage ont constaté que leur ouvrage était affecté de diverses malfaçons, de sorte qu’ils n’ont pas réglé le solde du contrat.

Le chantier ayant été arrêté, l’entreprise a assigné les maîtres d’ouvrage en paiement du solde de son marché.

Les maîtres d’ouvrage répliquent à cette demande en paiement en sollicitant à titre reconventionnel que l’entreprise soit tenue d’avoir à les indemniser suite à l’arrêt du chantier et qu’une expertise soit ordonnée pour constater les malfaçons réalisées sur l’ouvrage en cours de construction.

Après le dépôt du rapport d’expertise, aucune issue n’a été trouvée entre les parties. Les maîtres d’ouvrage refusaient de payer le solde des travaux, tandis que l’entreprise ne souhaitait pas exécuter les travaux demandés par ces derniers.

C’est dans ces conditions que l’entreprise a saisi le juge afin que le contrat soit résilié aux torts exclusifs du maître de l’ouvrage.

Toutefois, les juges de la Cour d’appel ont refusé de prononcer la résiliation du contrat aux torts exclusifs des maîtres d’ouvrage compte tenu des nombreuses malfaçons affectant l’immeuble réalisé. La Cour a considéré que « la résiliation du contrat ne peut être prononcée aux torts exclusifs d'une partie que si cette dernière a gravement manqué à ses obligations contractuelles, en l'absence de toute faute de son cocontractant ; qu'à défaut pour la partie demanderesse d'établir un tel comportement de la partie défenderesse, la résiliation peut néanmoins être prononcée aux torts réciproques lorsqu'il est constaté que ni l'une, ni l'autre des parties n'ont voulu sérieusement poursuivre l'exécution du contrat ».

La résiliation a donc été prononcée aux torts réciproques des parties et les maitres d’ouvrage ont été condamnés à verser à l’entreprise la somme de 14,83 € pour solde tout compte. Ces derniers ont formé un pourvoi en reprochant à la Cour d’appel de Grenoble, au visa de l’article 1184 ancien du Code civil, d’avoir prononcé la résiliation aux torts réciproques des parties et d’avoir refusé leur demande d’indemnisation sans rechercher la part de responsabilité qui incombait selon eux à chacune des parties.

Les maîtres d’ouvrage estimaient que la Cour d’appel n’avait pas pris en compte les conséquences dommageables pour chacune des parties qui résultaient de l’interruption du chantier. Si tel avait été le cas, elle aurait, selon eux, dû prononcer la résiliation aux torts exclusifs du constructeur.

Cependant, ce n’est pas l’appréciation de la Cour de cassation qui rejette le pourvoi et qui approuve la Cour d’appel d’avoir prononcé la résiliation du marché aux torts réciproques de chacune des parties.

Comme cela a été relevé par les juges du fond, il est manifeste que ni les maîtres d’ouvrage ni l’entreprise de travaux n’entendaient sérieusement poursuivre l’exécution du marché de travaux après le dépôt du rapport d’expertise.

Cette conséquence était alors suffisante pour justifier la résiliation du contrat aux torts partagés.

La Cour de cassation a validé le principe de cette résiliation, sans examiner les fautes qui étaient reprochées respectivement à chacune des parties durant la phase d’exécution. L’interruption des relations contractuelles résulte de la volonté commune des parties de ne pas poursuivre l’exécution du marché de travaux.

Cette décision a permis de mettre en exergue le pouvoir d’appréciation dont le Juge dispose lorsqu’il est saisi d’une demande de résiliation d’un contrat.

A rapprocher : Cass. civ. 3ème, 18 février 2016, n°14-29.835 ; Cass. civ. 3ème, 8 février 1977, n°75-14.289

VOIR AUSSI

Quand le fournisseur de béton devient constructeur au sens de l’article 1792 du Code civil

Cass. civ. 3ème, 28 février 2018, P+B, n°17-15.962

- Vu : 1258

Dans un arrêt rendu le 28 février 2018, la 3ème chambre civile de la Cour de cassation a considéré qu’un fournisseur de béton pouvait être tenu à la garantie décennale lorsque son préposé, à l’occasion de la livraison, donne au poseur des instructions techniques précises de sorte qu’il n’est pas intervenu comme simple fournisseur du matériau, mais en qualité de constructeur au sens de l’article 1792 du Code civil.

> Lire la suite

Dommage-ouvrage : une assurance qui a bien vécu

Article de Chantal MILLIER-LEGRAND paru dans Le Journal du Management

- Vu : 679

Consultez l'article de Chantal MILLIER-LEGRAND paru dans Le Journal du Management sur le thème de l'assurance dommage-ouvrage.

> Lire la suite


Les plus vus...
Élément d’équipement dissociable – Feu ! dans la garantie décennale
6 novembre 2017 - Vu : 11328
[...] les désordres affectant des éléments d’équipement, dissociables ou non, d’origine ou installés sur existant, relèvent de la responsabilité ...
> Lire la suite
Caducité de plein droit de la promesse de vente en cas de défaillance de la condition suspensive
31 mars 2017 - Vu : 10104
La Cour de cassation précise le sort de la promesse synallagmatique de vente assortie de conditions suspensives non réalisées à ...
> Lire la suite
VEFA - Causes légitimes de suspension du délai de livraison
4 septembre 2017 - Vu : 9147
Dans la vente en état futur d’achèvement, les jours d'intempéries antérieurs à la date d'acquisition peuvent ne pas ...
> Lire la suite
Etat des risques : nouvelles informations issues de l’arrêté du 18 décembre 2017
8 mars 2018 - Vu : 5902
L’arrêté du 18 décembre 2017, dont les dispositions sont entrées en vigueur le 1er janvier 2018, remplace l’imprimé répertoriant les ...
> Lire la suite
Copyright ©2017 La lettre de l'Immobilier | Création et réalisation Webcd©