webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation Notre approche Nos départements Nos avocats Nos distinctions Nous contacter Equipe immobilier Agenda / évènements Nos événements Autres événements Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Réseau Simon Avocats Actifs / Propriete Immobilière Aménagement / Urbanisme Baux Civils / Commerciaux Construction / Responsabilité Des Constructeurs Copropriété Gestion Immobilière / Professions Immobilières Fiscalité International Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre de l'immobilier
L'actualité juridique et économique des acteurs de l’immobilier par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >Construction / Responsabilité Des Constructeurs

Élément d’équipement dissociable soumis à l’assurance décennale obligatoire

Cass. civ. 3ème, 26 octobre 2017, n°16-18.120

Cette décision tire les conséquences de l’évolution jurisprudentielle de la Cour de cassation sur l’extension de la garantie décennale aux désordres ayant pour origine un élément d’équipement dissociable d’origine ou installé sur existant.



Dans un arrêt rendu le 26 octobre 2017, la 3ème chambre civile de la Cour de cassation précise que l’exception prévue à l’article 243-1-1 II du Code des assurances ne s’applique pas à un élément d’équipement installé sur existant et reprend son attendu énoncé en avril 2016 et complété en juin puis en septembre 2017 selon lequel les désordres affectant des éléments d’équipement, dissociables ou non, d’origine ou installés sur existant, relèvent de la responsabilité décennale lorsqu’ils rendent l’ouvrage dans son ensemble impropre à sa destination.

Ce qu’il faut retenir : Cette décision tire les conséquences de l’évolution jurisprudentielle de la Cour de cassation sur l’extension de la garantie décennale aux désordres ayant pour origine un élément d’équipement dissociable d’origine ou installé sur existant.

Ces désordres affectant cet élément, pour autant qu’ils rendent l’ouvrage dans son ensemble impropre à sa destination, relèvent de l’assurance décennale obligatoire.

La Cour précise que l’exception prévue à l’article L.243-1-1 du Code des assurances excluant de l’obligation d’assurance les ouvrages existants avant l’ouverture du chantier, à l’exception de ceux qui, totalement incorporés dans l’ouvrage neuf, en deviennent techniquement indivisibles, ne s’applique pas à un élément d’équipement installé sur existant.

Pour approfondir : Dans cette affaire, les propriétaires d’une maison avaient fait installer une cheminée à foyer fermé. Un incendie s’est déclaré et il est apparu que ce sinistre était la conséquence directe d’une absence de conformité de l’installation aux règles du cahier des clauses techniques portant sur les cheminées équipées d’un foyer fermé.

La question se posait de savoir s’il était possible de mobiliser la garantie décennale de l’assureur de l’entreprise ayant procédé à cette installation.

On sait désormais que la Cour de cassation a étendu la possibilité pour le maître d’ouvrage d’agir sur le fondement de la garantie décennale dans le cas où l’élément d’équipement, dissociable ou non, a été installé après la réalisation de l’ouvrage, le seul élément clivant étant de savoir si les désordres affectant cet élément d’équipement rendent ou non « l’ouvrage dans son ensemble impropre à sa destination » (voir Cass. civ. 3ème, 15 juin 2017, n°16-19.640 ; Cass. civ. 3ème, 14 septembre 2017, n°16-17.323 sur les désordres occasionnés par un insert).

Dans le commentaire de ce dernier arrêt, nous avions relevé qu’au-delà du régime de garantie ou de responsabilité, cette décision allait également avoir un impact majeur sur la question de la définition de la police d’assurance et de l’obligation d’assurance pour les entreprises, artisans et installateurs de ces éléments d’équipements.

Dans la présente décision, l’assureur mis en cause faisait valoir que les dispositions de l’article L.243-1-1 II du Code des assurances étaient applicables de sorte qu’il fallait rechercher si l’ouvrage existant était incorporé dans l’ouvrage neuf de sorte qu’il en serait devenu techniquement indivisible.

A défaut, il ne serait pas possible de mobiliser la garantie décennale de l’assureur pour les dommages causés à l’ouvrage existant.

La Cour de cassation répond, sans davantage d’explication, en annonçant que les dispositions de l’article 243-1-1 II du Code des assurances ne s’appliquent pas à un élément d’équipement installé sur existant. Elle reprend son attendu selon lequel les désordres affectant des éléments d’équipement, dissociables ou non, d’origine ou installés sur existant, relèvent de la responsabilité décennale lorsqu’ils rendent l’ouvrage dans son ensemble impropre à sa destination.

En conséquence, la garantie décennale de l’assureur se trouve bien mobilisée de sorte qu’il est confirmé que les installateurs de ces éléments d’équipement dissociable sont bien soumis à l’assurance de responsabilité obligatoire prévue aux dispositions des articles L.241-1 et suivants du Code des assurances.

En l’espèce, cela ne posait pas de difficulté particulière dès lors que l’installateur de la cheminée était effectivement assuré au titre de la responsabilité décennale.

Cependant, il n’est pas certain que les professionnels installateurs d’éléments d’équipements divers jusqu’alors non concernés par les dispositions relatives à la garantie décennale aient tous pris en compte cette obligation d’assurance qui s’impose à eux aujourd’hui.

Enfin, il faut rappeler que cette obligation d’assurance est pénalement sanctionnée, puisqu’en application de l’article L.243-3 du Code des assurances, le simple défaut de couverture expose le contrevenant à une peine de six mois d’emprisonnement et/ou une amende de 75.000 €.

Il est par conséquent urgent que les professionnels installateurs de ce type d’équipements s’emparent de ce sujet, de même que les compagnies d’assurance qui s’exposent à voir leur responsabilité engagée au titre d’un éventuel manquement à leur obligation d’information et de conseil.

A rapprocher : Article 1792 du Code civil ; Article 1792-1 du Code civil ; Article L.241-1 du Code des assurances ; Article L.243-1-1 du Code des assurances ; Article L.243-3 du Code des assurances ; Cass. civ. 3ème, 7 avril 2016, n°15-15.441 ; Cass. civ. 3ème, 15 juin 2017, n° 16-19.640 ; Cass. Civ. 3ème, 14 septembre 2017, n°16-17.323

VOIR AUSSI

Ensemble immobilier unique et constructions distinctes

CE, 28 décembre 2017, n°406782

- Vu : 600

Des constructions distinctes qui n’ont pas entre elles de liens physiques ou fonctionnels permettant de former un ensemble immobilier unique n’ont pas à faire l’objet d’un seul permis de construire mais peuvent faire l’objet d’autorisations distinctes.

> Lire la suite

Obligations d’amélioration de la performance énergétique - Suspension de l’exécution du décret du 9 mai 2017

CE, Ordonnance du 28 juin 2017, n°411.578

- Vu : 847
Suivant ordonnance de référé du 28 juin 2017, le Conseil d’Etat a suspendu partiellement l’exécution du décret n°2017-918 du 9 mai 2017 relatif aux obligations d’amélioration de la performance énergétique dans les bâtiments existants à usage tertiaire, en raison du calendrier jugé impossible à respecter et qui devait entrer en vigueur le 1er juillet 2017. > Lire la suite


Les plus vus...
Élément d’équipement dissociable – Feu ! dans la garantie décennale
6 novembre 2017 - Vu : 8711
[...] les désordres affectant des éléments d’équipement, dissociables ou non, d’origine ou installés sur existant, relèvent de la responsabilité ...
> Lire la suite
Caducité de plein droit de la promesse de vente en cas de défaillance de la condition suspensive
31 mars 2017 - Vu : 8654
La Cour de cassation précise le sort de la promesse synallagmatique de vente assortie de conditions suspensives non réalisées à ...
> Lire la suite
VEFA - Causes légitimes de suspension du délai de livraison
4 septembre 2017 - Vu : 6332
Dans la vente en état futur d’achèvement, les jours d'intempéries antérieurs à la date d'acquisition peuvent ne pas ...
> Lire la suite
Etat des risques : nouvelles informations issues de l’arrêté du 18 décembre 2017
8 mars 2018 - Vu : 5263
L’arrêté du 18 décembre 2017, dont les dispositions sont entrées en vigueur le 1er janvier 2018, remplace l’imprimé répertoriant les ...
> Lire la suite
Copyright ©2017 La lettre de l'Immobilier | Création et réalisation Webcd©