webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation Notre approche Nos départements Nos avocats Nos distinctions Nous contacter Equipe immobilier Agenda / évènements Nos événements Autres événements Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Réseau Simon Avocats Actifs / Propriete Immobilière Aménagement / Urbanisme Baux Civils / Commerciaux Construction / Responsabilité Des Constructeurs Copropriété Gestion Immobilière / Professions Immobilières Fiscalité International Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre de l'immobilier
L'actualité juridique et économique des acteurs de l’immobilier par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >Construction / Responsabilité Des Constructeurs

Conditions du prononcé de la réception judiciaire des travaux : ouvrage en état d’être reçu

Cass. civ. 3ème, 12 octobre 2017, n°15-27.802

La réception judiciaire peut être demandée dès lors que l’ouvrage est en état d’être reçu, en l’absence de toute réception amiable.



Ce qu’il faut retenir : La réception judiciaire peut être demandée dès lors que l’ouvrage est en état d’être reçu, en l’absence de toute réception amiable.

Pour approfondir : Monsieur P. et Madame D. (les consorts P-D) sont propriétaires de deux appartements qu’ils ont souhaité réunir et ont confié les travaux à la société K.

Compte tenu des nombreuses malfaçons et non-façons relevées, les consorts P-D ont cessé tout règlement de la société K., qui a obtenu une injonction de payer à leur encontre.

Une expertise judiciaire a été ordonnée à la requête des  maîtres d’ouvrage.

En ouverture de rapport, les consorts P-D ont demandé au tribunal de prononcer la réception judiciaire des travaux et la condamnation de l’assureur de la société K. au paiement des travaux réparatoires.

Les consorts P-D ont été déboutés de leur demande de réception judicaire, mais le tribunal a condamné l’assureur à relever et garantir son assurée en dépit de l’absence de réception.

C’est donc en toute logique, dès lors qu’aucune réception n’avait été prononcée, que l’assureur a fait appel du jugement.

La Cour d’appel de Paris a infirmé le jugement en ce qu’il avait prononcé la réception judiciaire des travaux au motif que, pour être prononcée, la réception judiciaire supposerait, d’une part, que les travaux soient en état d’être reçus et, d’autre part, qu’il y a eu un refus abusif du maître d’ouvrage de prononcer une réception expresse sollicitée par le constructeur.

L’arrêt est cassé au visa de l’article 1792-6 du Code civil.

La Cour de cassation rappelle qu’à défaut de réception amiable, c’est-à-dire sollicitée par l’une ou l’autre des parties, la réception judiciaire peut être prononcée ; la seule condition étant que les travaux soient en état d’être reçus.

Sur ce point, la Cour de cassation a pu préciser qu’est en état d’être reçu, un ouvrage habitable ou qui peut être mis en service, et ce, même si les travaux ne sont pas achevés (Cass. civ. 3ème, 20 sept. 2011, n°10-21.354 ; Cass. civ. 3ème, 11 janv. 2012, n°10-26.898), l’achèvement des travaux n’étant jamais une condition de leur réception.

En tout état de cause, il incombe à la juridiction saisie d’une demande de réception judiciaire de fixer elle-même la date de la réception.

La juridiction peut ainsi s’appuyer sur les éléments factuels qui lui sont soumis ou, le plus souvent, sur les conclusions de l’expert judiciaire qui aura été nommé à la requête de la partie la plus diligente pour se prononcer sur ce point.

Au cas présent, l’arrêt ayant été cassé uniquement en ce qu’il a confirmé le jugement ayant rejeté la demande de réception judiciaire, il conviendra d’être attentif à la décision et à la motivation de l’arrêt qui sera rendu par la Cour de renvoi.

A rapprocher : Cass. civ. 3ème, 11 janvier 2012, n°10-26.898

VOIR AUSSI

Quand le fournisseur de béton devient constructeur au sens de l’article 1792 du Code civil

Cass. civ. 3ème, 28 février 2018, P+B, n°17-15.962

- Vu : 2206

Dans un arrêt rendu le 28 février 2018, la 3ème chambre civile de la Cour de cassation a considéré qu’un fournisseur de béton pouvait être tenu à la garantie décennale lorsque son préposé, à l’occasion de la livraison, donne au poseur des instructions techniques précises de sorte qu’il n’est pas intervenu comme simple fournisseur du matériau, mais en qualité de constructeur au sens de l’article 1792 du Code civil.

> Lire la suite

Élément d’équipement dissociable soumis à l’assurance décennale obligatoire

Cass. civ. 3ème, 26 octobre 2017, n°16-18.120

- Vu : 4574

Cette décision tire les conséquences de l’évolution jurisprudentielle de la Cour de cassation sur l’extension de la garantie décennale aux désordres ayant pour origine un élément d’équipement dissociable d’origine ou installé sur existant.

> Lire la suite


Les plus vus...
Élément d’équipement dissociable – Feu ! dans la garantie décennale
6 novembre 2017 - Vu : 16586
[...] les désordres affectant des éléments d’équipement, dissociables ou non, d’origine ou installés sur existant, relèvent de la responsabilité ...
> Lire la suite
VEFA - Causes légitimes de suspension du délai de livraison
4 septembre 2017 - Vu : 15332
Dans la vente en état futur d’achèvement, les jours d'intempéries antérieurs à la date d'acquisition peuvent ne pas ...
> Lire la suite
Caducité de plein droit de la promesse de vente en cas de défaillance de la condition suspensive
31 mars 2017 - Vu : 14419
La Cour de cassation précise le sort de la promesse synallagmatique de vente assortie de conditions suspensives non réalisées à ...
> Lire la suite
Vente immobilière : l’obligation de publier une assignation en nullité ne porte pas atteinte au droit d'accès au juge
4 septembre 2017 - Vu : 10841
L’obligation de publier une assignation en nullité de vente immobilière dans les registres du service chargé de la ...
> Lire la suite
Copyright ©2017 La lettre de l'Immobilier | Création et réalisation Webcd©