webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation Notre approche Nos départements Nos avocats Nos distinctions Nous contacter Equipe immobilier Agenda / évènements Nos événements Autres événements Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Réseau Simon Avocats Actifs / Propriete Immobilière Aménagement / Urbanisme Baux Civils / Commerciaux Construction / Responsabilité Des Constructeurs Copropriété Gestion Immobilière / Professions Immobilières Fiscalité International Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre de l'immobilier
L'actualité juridique et économique des acteurs de l’immobilier par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >Construction / Responsabilité Des Constructeurs

Preuve de la réception tacite de l’ouvrage

Cass. civ. 3ème, 13 juillet 2017, n°16-19.438

En l'absence de preuve de la volonté des maîtres de l'ouvrage d'accepter l’ouvrage, la réception tacite ne peut être retenue et seule la responsabilité contractuelle de la société ayant réalisé les travaux peut être recherchée.

Ce qu’il faut retenir : En l'absence de preuve de la volonté des maîtres de l'ouvrage d'accepter l’ouvrage, la réception tacite ne peut être retenue et seule la responsabilité contractuelle de la société ayant réalisé les travaux peut être recherchée.

Pour approfondir : En l’espèce, M. et Mme X ont confié des travaux de maçonnerie à une société Z. Parallèlement, M. Y a réalisé le remblaiement autour et au-dessus du garage et de la cave. Invoquant des désordres, M. et Mme X ont assigné la société Z et M. Y en réparation de leur préjudice. La société Z a appelé en garantie son assureur.

La Cour d’appel a retenu que l’assureur de la société n’était pas tenu de la garantir des condamnations prononcées au profit de M. et Mme X, en se fondant, pour écarter la réception tacite des travaux, sur la circonstance que l’entrepreneur n’avait pas contesté, au cours des opérations d’expertise, que les maîtres d’ouvrage n’habitaient pas dans l’immeuble atteint de malfaçons, sur l’existence d’un solde de facture restant dû par les maîtres de l’ouvrage, ainsi que sur des courriers de réclamations adressés en recommandé avec accusé de réception par ceux-ci les 29 mars 2004, 17 août 2004 et 30 novembre 2004 à l’entrepreneur, soit plus d’un an après l’achèvement des travaux.

La société Z s’est pourvue en cassation en soutenant que la réception tacite d’un ouvrage résultait d’actes du maître de l’ouvrage témoignant de sa volonté non équivoque de recevoir cet ouvrage et qu’en l’espèce, les motifs retenus par la Cour d’appel ne suffisaient pas à caractériser une volonté non équivoque de ne pas recevoir l’ouvrage.

La Cour de cassation valide la solution de la Cour d’appel et rejette le pourvoi, retenant d’une part, qu’il appartenait à la société Z, qui invoquait une réception tacite, de la démontrer, que M. et Mme X habitaient un bâtiment non affecté par les désordres, et que la société Z ne pouvait se prévaloir du paiement des travaux puisqu’elle leur réclamait le solde de sa facturation. Dès lors, la Cour d’appel a pu à bon droit en déduire qu’en l’absence de preuve de la volonté des maîtres de l’ouvrage d’accepter cet ouvrage, la réception tacite ne pouvait être retenue et que seule la responsabilité contractuelle de la société Z pouvait être recherchée.

La réception de l'ouvrage est l'acte par lequel le maître de l'ouvrage déclare accepter l'ouvrage, avec ou sans réserves. Si la réception est généralement expresse, notamment lorsqu'est rédigé un procès-verbal décrivant les travaux exécutés et précisant les éventuelles réserves, elle peut également être tacite lorsqu'elle découle d'un ensemble de circonstances manifestant de façon univoque la volonté du maître de recevoir l'ouvrage.

La réception tacite se déduit généralement d'un faisceau d'indices, tels que la prise de possession du bien et le paiement du prix. Mais ces éléments, pris isolément, ne suffisent pas à caractériser la volonté non équivoque du maître de l'ouvrage de recevoir les travaux. A ce titre, la jurisprudence a retenu que le fait pour les acquéreurs de s'acquitter, sans retenue ni réserve, d'une facture de travaux ne présume pas, à lui seul, la volonté non équivoque d'accepter les travaux de construction réalisés.

Par la présente décision, la Cour de cassation précise qu’en l'absence de preuve de la volonté des maîtres de l'ouvrage d'accepter cet ouvrage, la réception tacite ne peut être retenue et seule la responsabilité contractuelle de la société ayant réalisé les travaux peut être recherchée.

A rapprocher : Article 1792-6 du Code civil ; Cass. civ. 3ème, 22 octobre 2002, n°01.03-851

 

sbarruet@simonassocies.com

VOIR AUSSI

Conditions du prononcé de la réception judiciaire des travaux : ouvrage en état d’être reçu

Cass. civ. 3ème, 12 octobre 2017, n°15-27.802

- Vu : 3588

La réception judiciaire peut être demandée dès lors que l’ouvrage est en état d’être reçu, en l’absence de toute réception amiable.

> Lire la suite

Efficacité des travaux préfinancés par l’assureur dommage-ouvrage et charge de la preuve

Cass. civ. 3ème, 29 juin 2017, n°16-19.634

- Vu : 4507

Il incombe à l’assureur dommage-ouvrage, tenu d’une obligation de préfinancer les travaux de nature à remédier efficacement aux désordres garantis, de rapporter la preuve de l’absence de lien de causalité entre son intervention de réparation et le dommage.

> Lire la suite


Les plus vus...
Élément d’équipement dissociable – Feu ! dans la garantie décennale
6 novembre 2017 - Vu : 22676
[...] les désordres affectant des éléments d’équipement, dissociables ou non, d’origine ou installés sur existant, relèvent de la responsabilité ...
> Lire la suite
Caducité de plein droit de la promesse de vente en cas de défaillance de la condition suspensive
31 mars 2017 - Vu : 21230
La Cour de cassation précise le sort de la promesse synallagmatique de vente assortie de conditions suspensives non réalisées à ...
> Lire la suite
VEFA - Causes légitimes de suspension du délai de livraison
4 septembre 2017 - Vu : 20985
Dans la vente en état futur d’achèvement, les jours d'intempéries antérieurs à la date d'acquisition peuvent ne pas ...
> Lire la suite
Vente immobilière : l’obligation de publier une assignation en nullité ne porte pas atteinte au droit d'accès au juge
4 septembre 2017 - Vu : 19616
L’obligation de publier une assignation en nullité de vente immobilière dans les registres du service chargé de la ...
> Lire la suite
Copyright ©2017 La lettre de l'Immobilier | Création et réalisation Webcd©