webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation Notre approche Nos départements Nos avocats Nos distinctions Nous contacter Equipe immobilier Agenda / évènements Nos événements Autres événements Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Réseau Simon Avocats Actifs / Propriete Immobilière Aménagement / Urbanisme Baux Civils / Commerciaux Construction / Responsabilité Des Constructeurs Copropriété Gestion Immobilière / Professions Immobilières Fiscalité International Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre de l'immobilier
L'actualité juridique et économique des acteurs de l’immobilier par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >Fiscalité

Les profits tirés de la location meublée occasionnelle relèvent désormais du régime BIC

Loi 2016-1918 du 29 décembre 2016 de finances rectificative - article 114

Tous les revenus issus d’une location meublée en 2017, habituels comme occasionnels relèvent désormais du régime des Bénéfices Industriels et Commerciaux.



Ce qu’il faut retenir : Tous les revenus issus d’une location meublée en 2017, habituels comme occasionnels relèvent désormais du régime des Bénéfices Industriels et Commerciaux.

Pour approfondir : Antérieurement à la loi de Finances rectificative du 29 décembre 2016, les ressources tirées de la location meublée étaient imposées différemment selon que cette dernière était effectuée à titre habituelle ou occasionnelle. Ainsi, les profits provenant de la location habituelle d’un immeuble meublé avait un caractère commercial (CE, 10 juillet 1925, n°5047) et relevaient de la catégorie des bénéfices industriels et commerciaux (BIC). A l’inverse, le contribuable qui se livrait à des opérations de location meublée occasionnelle n’exerçait pas une profession commerciale (CE, 22 mars 1929, n°98130) et les profits étaient alors imposés dans la catégorie des revenus fonciers (BOI-RFPI, CHAMP-10-30 n°70).

Désormais, l’article 35 bis I du Code Général des Impôts prévoit, sans faire de distinction, que « Présentent également le caractère de bénéfices industriels et commerciaux, les bénéfices réalisés par les personnes […] qui donnent en location directe des locaux d’habitation meublés ». Par conséquent, seuls les revenus provenant de la location d’immeubles nus demeurent imposables dans la catégorie des revenus fonciers.

Un régime unifié s’appliquera donc désormais tant à la location meublée qu’occasionnelle, sous réserve de règles particulières.

La location meublée occasionnelle pourrait donc bénéficier de l’exonération prévue à  l’article 35 bis I du CGI en matière de BIC selon lequel : « Les personnes qui louent ou sous-louent en meublé une ou plusieurs pièces de leur habitation principale sont exonérées de l'impôt sur le revenu pour les produits de cette location ».

Cette exonération est toutefois conditionnée par le fait que « les pièces louées constituent pour le locataire ou le sous-locataire sa résidence principale ou temporaire [s’il est saisonnier] et que le prix de la location demeure fixé dans des limites raisonnables ».

La plupart de ces locations, de par leur caractère occasionnel, relèveront du régime MICRO-BIC, applicable lorsque les recettes de l’année N-1 n’excèdent pas 33.100€. Ce régime permet de bénéficier d’un abattement forfaitaire pour les frais de 50% (avec un minimum de 305€), Dans cette situation, il conviendra dorénavant de déclarer le montant des revenus annuels sur la déclaration complémentaire n°2042-C-PRO.

Néanmoins, une application du régime réel d’imposition demeure tout à fait possible, que ce soit de plein droit ou sur option. Dans ce cas, les déficits issus de la location meublée ne pourront être imputés que sur les bénéfices de même nature pendant dix ans. Les contribuables devront, dans cette situation, déclarer le montant de leurs résultats sur la déclaration spéciale n°2031 par voie électronique et les reporter sur la déclaration n°2042-C-PRO.

A rapprocher : CE, 10 juillet 1925, n°5047 et CE, 22 mars 1929, n°98130 ; Articles 35 et 35 bis du CGI ; BOI-RFPI, CHAMP-10-30 n°70

 

sbarruet@simonassocies.com

VOIR AUSSI

Évaluation d’un immeuble pour le calcul de l’ISF : sanction d’une sous-évaluation abusive

CA Paris, 12 mars 2018, n°15/12371

- Vu : 839

Pour l'évaluation de la valeur d'un immeuble, l'administration est tenue de verser des éléments de comparaison intrinsèquement similaires. Elle n'est pas tenue de verser des éléments de comparaison identiques.

> Lire la suite

Responsabilité professionnelle du notaire pour manquement à son obligation d’information en matière fiscale

Cass. civ. 1ère, 20 décembre 2017, n°16-13.073

- Vu : 1541

Le notaire est tenu d’informer et d’éclairer les parties, de manière complète et circonstanciée, sur la portée et les effets, notamment quant aux incidences fiscales, de l’acte auquel il prête son concours.

> Lire la suite


Les plus vus...
Élément d’équipement dissociable – Feu ! dans la garantie décennale
6 novembre 2017 - Vu : 14226
[...] les désordres affectant des éléments d’équipement, dissociables ou non, d’origine ou installés sur existant, relèvent de la responsabilité ...
> Lire la suite
VEFA - Causes légitimes de suspension du délai de livraison
4 septembre 2017 - Vu : 12454
Dans la vente en état futur d’achèvement, les jours d'intempéries antérieurs à la date d'acquisition peuvent ne pas ...
> Lire la suite
Caducité de plein droit de la promesse de vente en cas de défaillance de la condition suspensive
31 mars 2017 - Vu : 12373
La Cour de cassation précise le sort de la promesse synallagmatique de vente assortie de conditions suspensives non réalisées à ...
> Lire la suite
Vente immobilière : l’obligation de publier une assignation en nullité ne porte pas atteinte au droit d'accès au juge
4 septembre 2017 - Vu : 8094
L’obligation de publier une assignation en nullité de vente immobilière dans les registres du service chargé de la ...
> Lire la suite
Copyright ©2017 La lettre de l'Immobilier | Création et réalisation Webcd©