webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation Notre approche Nos départements Nos avocats Nos distinctions Nous contacter Equipe immobilier Agenda / évènements Nos événements Autres événements Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Réseau Simon Avocats Actifs / Propriete Immobilière Aménagement / Urbanisme Baux Civils / Commerciaux Construction / Responsabilité Des Constructeurs Copropriété Gestion Immobilière / Professions Immobilières Fiscalité International Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre de l'immobilier
L'actualité juridique et économique des acteurs de l’immobilier par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >Construction / Responsabilité Des Constructeurs

Absence de caractérisation d’une faute dolosive du constructeur au-delà de la garantie décennale

Cass. civ. 3ème, 5 janvier 2017, n°15-22.772

L’ignorance des malfaçons et l’absence de surveillance du sous-traitant ne permettent pas de caractériser la faute dolosive du constructeur visant à engager sa responsabilité contractuelle en dépit de la forclusion décennale.

Ce qu’il faut retenir : L’ignorance des malfaçons et l’absence de surveillance du sous-traitant ne permettent pas de caractériser la faute dolosive du constructeur visant à engager sa responsabilité contractuelle en dépit de la forclusion décennale.

Pour approfondir : En l’espèce, M. et Mme X ont acquis une propriété construite par une société d’HLM, réceptionnée le 22 juillet 1994. Ils ont déclaré, en 2004 l’apparition de fissures à la SMABTP, l’assureur dommages-ouvrages qui a cependant conclu à l’absence de désordres. Se plaignant de l’aggravation de ces fissures, ils ont, en 2009, assigné la société d’HLM en indemnisation.

La garantie décennale des constructeurs est affirmée à l’article 1792 du Code civil et consiste en une présomption de responsabilité pour les désordres qui « compromettent la solidité de l’ouvrage ou qui l’affectent dans un de ses éléments d’équipement, le rendent impropre à sa destination ». Cette garantie est supportée par le constructeur pendant dix ans à compter de la réception des travaux (Article 1792-4-1 du Code civil).

Une fois ce délai dépassé, la jurisprudence admet toutefois que la responsabilité du constructeur puisse être engagée en cas de « faute dolosive ».

La Cour d’appel,ayant à statuer sur la demande des époux X, avait relevé que l’absence de précautions élémentaires prises par la société d’HLM pour surveiller la totalité des travaux de gros œuvres qu’elle avait sous-traités constituait une « faute dolosive de nature à engager sa responsabilité contractuelle, nonobstant la forclusion décennale ».

La Cour de Cassation, elle a rejeté cette argumentation, considérant que la faute dolosive du constructeur n’avait pas été suffisamment caractérisée et ne permettait donc pas d’engager sa responsabilité contractuelle au-delà des dix ans prévus par la garantie légale.

La faute dolosive est appréhendée, de longue date, comme un manquement « délibéré même sans intention de nuire, [qui] viole par dissimulation ou par fraude ses obligations contractuelles » (Cass. civ. 3ème, 27 juin 2001, n°99-21.017 et 99-21.284 ; Cass. civ. 3ème, 27mars 2013, n°12-13.840). Il doit s’agir d’une véritable volonté de manquer à ses obligations contractuelles.

C’est dans ce courant jurisprudentiel que s’inscrit l’arrêt du 5 janvier 2017 tendant à rappeler la caractéristique essentielle de la notion de faute dolosive du constructeur : l’élément intentionnel. Ainsi, l’ignorance des malfaçons ou l’absence de surveillance du sous-traitant ne suffisent pas à caractériser la faute dolosive du constructeur.

A rapprocher : Articles 1792 et 1792-4-1 du Code civil ; Cass. civ. 3ème, 27 juin 2001, n°99-21.017 et 99-21.284 ; Cass. civ. 3ème, 27 mars 2013, n°12-13.840

 

cmillierlegrand@simonassocies.com

VOIR AUSSI

Caractéristiques de la réception tacite, suite

Cass. civ. 3ème, 13 juillet 2017, n°16-19.438

- Vu : 2180

Il n’y a pas de volonté non équivoque de recevoir l’ouvrage, en présence d’un solde de facture et de courriers de réclamation, même adressés plus d’un an après la réception.

> Lire la suite

Obligations d’amélioration de la performance énergétique - Suspension de l’exécution du décret du 9 mai 2017

CE, Ordonnance du 28 juin 2017, n°411.578

- Vu : 1995
Suivant ordonnance de référé du 28 juin 2017, le Conseil d’Etat a suspendu partiellement l’exécution du décret n°2017-918 du 9 mai 2017 relatif aux obligations d’amélioration de la performance énergétique dans les bâtiments existants à usage tertiaire, en raison du calendrier jugé impossible à respecter et qui devait entrer en vigueur le 1er juillet 2017. > Lire la suite


Les plus vus...
Élément d’équipement dissociable – Feu ! dans la garantie décennale
6 novembre 2017 - Vu : 18613
[...] les désordres affectant des éléments d’équipement, dissociables ou non, d’origine ou installés sur existant, relèvent de la responsabilité ...
> Lire la suite
VEFA - Causes légitimes de suspension du délai de livraison
4 septembre 2017 - Vu : 17306
Dans la vente en état futur d’achèvement, les jours d'intempéries antérieurs à la date d'acquisition peuvent ne pas ...
> Lire la suite
Caducité de plein droit de la promesse de vente en cas de défaillance de la condition suspensive
31 mars 2017 - Vu : 16501
La Cour de cassation précise le sort de la promesse synallagmatique de vente assortie de conditions suspensives non réalisées à ...
> Lire la suite
Vente immobilière : l’obligation de publier une assignation en nullité ne porte pas atteinte au droit d'accès au juge
4 septembre 2017 - Vu : 13482
L’obligation de publier une assignation en nullité de vente immobilière dans les registres du service chargé de la ...
> Lire la suite
Copyright ©2017 La lettre de l'Immobilier | Création et réalisation Webcd©