webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation Notre approche Nos départements Nos avocats Nos distinctions Nous contacter Equipe immobilier Agenda / évènements Nos événements Autres événements Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Réseau Simon Avocats Actifs / Propriete Immobilière Aménagement / Urbanisme Baux Civils / Commerciaux Construction / Responsabilité Des Constructeurs Copropriété Gestion Immobilière / Professions Immobilières Fiscalité International Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre de l'immobilier
L'actualité juridique et économique des acteurs de l’immobilier par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >Actifs / Propriete Immobilière

Action en élagage : application aux seuls fonds contigus

Cass. civ. 3ème, 20 juin 2019, n°18-12.278

Les dispositions de l'article 673 du Code civil, conférant au propriétaire du fonds, sur lequel s'étendent les branches d'un arbre implanté sur le fonds de son voisin, le droit imprescriptible de contraindre celui-ci à les couper, ne sont applicables qu'aux fonds contigus, mais pas aux fonds séparés par une voie publique.



Un couple de propriétaire a assigné son voisin, propriétaire d’un fonds sur lequel se trouvait un cèdre dont les branches surplombaient leur propriété, en élagage des branches et en paiement de dommages et intérêts sur le fondement du trouble anormal de voisinage. Le terrain du voisin était séparé de celui des demandeurs par une voie publique.

Les demandes ont été rejetées par le tribunal d’instance et ils ont formé un pourvoi en cassation.

Au soutien de leur pourvoi, ils relevaient que le tribunal avait violé l’article 673 du Code civil en analysant l’étendue de l’avancée des branches, alors que la faculté, pour le propriétaire sur le fonds duquel avancent les branches d’un arbre appartenant au propriétaire du fonds voisin, de contraindre celui-ci à les élaguer, ne dépend pas de l’importance de cette avancée.

La Cour de cassation a rejeté ce moyen, et estimé que :

« Les dispositions de l'article 673 du Code civil, conférant au propriétaire du fonds, sur lequel s'étendent les branches d'un arbre implanté sur le fonds de son voisin, le droit imprescriptible de contraindre celui-ci à les couper, ne sont applicables qu'aux fonds contigus ».

Rappelons que selon les termes de l’article 673 du Code civil, « celui sur la propriété duquel avancent les branches des arbres, arbustes et arbrisseaux du voisin peut contraindre celui-ci à les couper ». Cet article ne prévoit aucune exception. Le dernier alinéa précise même que ce droit est imprescriptible.

Pourtant, ce droit n’est pas absolu et a déjà fait l’objet de tempéraments jurisprudentiels. Ainsi, le cahier des charges d’un lotissement peut écarter le principe de l’action en élagage (Cass. civ. 3ème, 23 janvier 2002, n°00-17.005). C’est une nouvelle limite qui, par cette décision, est posée à ce droit puisque la Haute Cour précise que le droit de réclamer l’élagage ne s’applique qu’aux fonds contigus et non aux fonds séparés par une voie publique.

Cette solution est à rapprocher de celles qui précisent que les servitudes légales en matière de vue ne s’appliquent également qu’aux fonds contigus. Ainsi, un propriétaire ne peut se plaindre d’une vue ouverte sur son fonds si un sentier appartenant à un tiers sépare son terrain de la vie litigieuse (Cass. civ. 3ème, 22 mars 1989, n°87-16.753).

A rapprocher : Cass. civ. 3ème, 23 janvier 2002, n°00-17.005 ; Cass. civ. 3ème, 22 mars 1989, n°87-16.753

VOIR AUSSI

Vente à réméré : reprise de possession de l’immeuble par le vendeur en cas de désaccord des parties

Cass. civ. 3ème, 8 novembre 2018, n°14-25.005

- Vu : 2021

A défaut d'accord des parties, le vendeur qui use du pacte de rachat dans le cadre d’une vente à réméré ne peut entrer en possession de l'immeuble qu'après avoir réglé le prix et les frais définitivement fixés judiciairement.

> Lire la suite

Abandon d’un projet de promotion immobilière en période de négociations pour insuffisance de financement

Cass. civ. 3ème, 9 mars 2016, n°16-12.846

- Vu : 2881

Des problèmes de financement survenus au cours de pourparlers, dès lors qu’ils sont justifiés, constituent un motif légitime à l’origine de la suspension puis de l’abandon d’un projet de promotion immobilière.

> Lire la suite


Les plus vus...
Élément d’équipement dissociable – Feu ! dans la garantie décennale
6 novembre 2017 - Vu : 19269
[...] les désordres affectant des éléments d’équipement, dissociables ou non, d’origine ou installés sur existant, relèvent de la responsabilité ...
> Lire la suite
VEFA - Causes légitimes de suspension du délai de livraison
4 septembre 2017 - Vu : 17908
Dans la vente en état futur d’achèvement, les jours d'intempéries antérieurs à la date d'acquisition peuvent ne pas ...
> Lire la suite
Caducité de plein droit de la promesse de vente en cas de défaillance de la condition suspensive
31 mars 2017 - Vu : 17556
La Cour de cassation précise le sort de la promesse synallagmatique de vente assortie de conditions suspensives non réalisées à ...
> Lire la suite
Vente immobilière : l’obligation de publier une assignation en nullité ne porte pas atteinte au droit d'accès au juge
4 septembre 2017 - Vu : 14415
L’obligation de publier une assignation en nullité de vente immobilière dans les registres du service chargé de la ...
> Lire la suite
Copyright ©2017 La lettre de l'Immobilier | Création et réalisation Webcd©