webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation Notre approche Nos départements Nos avocats Nos distinctions Nous contacter Equipe immobilier Agenda / évènements Nos événements Autres événements Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Réseau Simon Avocats Actifs / Propriete Immobilière Aménagement / Urbanisme Baux Civils / Commerciaux Construction / Responsabilité Des Constructeurs Copropriété Gestion Immobilière / Professions Immobilières Fiscalité International Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre de l'immobilier
L'actualité juridique et économique des acteurs de l’immobilier par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >Baux Civils / Commerciaux

Bail commercial et loyer de renouvellement : de l’intérêt de faire courir les intérêts

Cass. civ. 3ème, 12 avril 2018, n°16-26.514

Le complément de loyer entre le loyer payé suivant le bail expiré et le nouveau loyer de renouvellement produit des intérêts de retard à compter de la demande en fixation du nouveau loyer.


Ce qu’il faut retenir : Le complément de loyer entre le loyer payé suivant le bail expiré et le nouveau loyer de renouvellement produit des intérêts de retard à compter de la demande en fixation du nouveau loyer.

Pour approfondir : En l’espèce, un congé avec offre de renouvellement avait été délivré au preneur d’un bail commercial à effet du 1er janvier 2010.

En l’absence d’accord des parties sur le montant du loyer renouvelé, le bailleur avait assigné le preneur en fixation du nouveau loyer et au versement des intérêts dus sur la différence entre le loyer fixé judiciairement et le loyer payé depuis le renouvellement au taux légal à compter de chaque échéance et au plus tard à compter de son assignation en date du 17 août 2011.

La Cour d’appel, après avoir fixé le nouveau loyer plafonné par l’application du jeu des indices, a rejeté la demande du bailleur au titre des intérêts en considérant que le bail était assorti d’une clause d’échelle mobile. Selon la Cour d’appel, une telle clause permettait une variation automatique du loyer de nature à éviter que se crée un différentiel entre le loyer qu’elle a fixé et celui du bail expiré.

La Cour de cassation casse l’arrêt d’appel sur cette dernière disposition au visa de l’ancien article 1155 du Code civil. Peu importe que le bail soit assorti d’une clause d’échelle mobile, les loyers échus produisent intérêt du jour de la demande.

Cet arrêt, publié sur le site de la Cour de cassation, rappelle la jurisprudence de principe sur le point de départ des intérêts de retard lors d’une procédure en fixation du loyer d’un bail renouvelé.

Avant un revirement de jurisprudence intervenu en 2012, les juges faisaient courir les intérêts de retard à la date de prise d’effet du bail renouvelé et au fur et à mesure des échéances mensuelles ou trimestrielles postérieures (Cass. civ. 3ème, 23 mars 1988, n°86-18.067).

Désormais, il est de principe, qu’en l’absence de convention contraire, les intérêts courent à la date de la demande (Cass. civ. 3ème, 3 octobre 2012, n°11-17.177). Cette date correspond en l’occurrence à celle de la demande judiciaire en fixation du nouveau loyer, soit le 17 août 2011, date de l’assignation en fixation du prix lorsque le bailleur est à l’origine de la procédure.

Cet arrêt a été rendu sous l’empire de la loi ancienne. Mais au regard des dispositions issues de la réforme du droit des contrats, il semble que la solution resterait inchangée. En effet, l’article 1231-6 du Code civil dispose que les intérêts courent à compter de la mise en demeure et il est de jurisprudence constante qu’une demande en justice vaut mise en demeure.

Dès lors, le bailleur a intérêt à déclencher la procédure judiciaire en fixation du loyer renouvelé rapidement s’il veut bénéficier des intérêts de retard sur le complément de loyer.

A noter que le taux d’intérêt légal n’a pas dépassé la barre des 1 % depuis l’année 2009 (taux actuel du 1er semestre 2018 : 0,9 %), mais qu’auparavant il avait vacillé entre 2 et 5 % dans les années 2000 et même atteint la barre des 10 % dans les années 1990.

A rapprocher : Ancien article 1155 Code civil ; Cass. civ. 3ème, 3 octobre 2012, n°11-17.177 ; Cass. civ. 3ème, 18 juin 2014, n°13-14.715 ; Article 1231-6 Code civil

VOIR AUSSI

Baux commerciaux : le paiement de l’indemnité d’éviction pèse uniquement sur l’usufruitier

Cass. civ. 3ème, 19 décembre 2019, n°18-26.162

- Vu : 974

L’usufruitier ayant seul le pouvoir de délivrer congé au preneur, il est seul redevable de l’indemnité d’éviction due en application de l’article L.145-14 du Code de commerce et ce, quand bien même le congé en question a été délivré conjointement avec le nu-propriétaire.

> Lire la suite

Bail commercial et Grenelle 2 : le décret tant attendu est enfin paru

Décret n°2017-918 du 9 mai 2017, JO 10 mai

- Vu : 3094

Mesure phare de la loi Grenelle II du 12 juillet 2010, le décret du 9 mai 2017 définit, après plus de 6 ans d’attente, une obligation de diminution de la consommation énergétique des bâtiments tertiaires de 25% d’ici à 2020.

> Lire la suite


Les plus vus...
Élément d’équipement dissociable – Feu ! dans la garantie décennale
6 novembre 2017 - Vu : 18612
[...] les désordres affectant des éléments d’équipement, dissociables ou non, d’origine ou installés sur existant, relèvent de la responsabilité ...
> Lire la suite
VEFA - Causes légitimes de suspension du délai de livraison
4 septembre 2017 - Vu : 17306
Dans la vente en état futur d’achèvement, les jours d'intempéries antérieurs à la date d'acquisition peuvent ne pas ...
> Lire la suite
Caducité de plein droit de la promesse de vente en cas de défaillance de la condition suspensive
31 mars 2017 - Vu : 16498
La Cour de cassation précise le sort de la promesse synallagmatique de vente assortie de conditions suspensives non réalisées à ...
> Lire la suite
Vente immobilière : l’obligation de publier une assignation en nullité ne porte pas atteinte au droit d'accès au juge
4 septembre 2017 - Vu : 13482
L’obligation de publier une assignation en nullité de vente immobilière dans les registres du service chargé de la ...
> Lire la suite
Copyright ©2017 La lettre de l'Immobilier | Création et réalisation Webcd©