webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation Notre approche Nos départements Nos avocats Nos distinctions Nous contacter Equipe immobilier Agenda / évènements Nos événements Autres événements Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Réseau Simon Avocats Actifs / Propriete Immobilière Aménagement / Urbanisme Baux Civils / Commerciaux Construction / Responsabilité Des Constructeurs Copropriété Gestion Immobilière / Professions Immobilières Fiscalité International Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre de l'immobilier
L'actualité juridique et économique des acteurs de l’immobilier par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >International

Impôt sur les indemnités d’expropriation et respect du droit de propriété

CEDH, 16 janvier 2018, n°50821/06 et n°60633/16

Un taux d’imposition de 20 % applicable aux indemnités d’expropriation en vertu d’une loi interne ne porte pas une atteinte disproportionnée ou déraisonnable au droit de propriété des expropriés.



Ce qu’il faut retenir : Un taux d’imposition de 20 % applicable aux indemnités d’expropriation en vertu d’une loi interne ne porte pas une atteinte disproportionnée ou déraisonnable au droit de propriété des expropriés.

Pour approfondir : En l’espèce, des communes italiennes ont procédé à l’expropriation de terrains appartenant à des particuliers. En contrepartie, ces derniers ont reçu, au terme d’une procédure judiciaire, une indemnité d’expropriation compensatrice de cette privation, d’un montant équivalent à la valeur marchande des biens expropriés, déduction faite d’une imposition de 20 % en application d’une loi fiscale italienne.

Les ressortissants italiens expropriés ont saisi la Cour Européenne de sauvegarde des droits de l’Homme et des libertés fondamentales pour violation par l’Etat de leur droit de propriété, sur le fondement de l’article 1er du protocole n°1 à la Convention Européenne, selon lequel toute personne physique ou morale a droit au respect de ses biens, nul ne pouvant être privé de sa propriété que pour cause d’utilité publique et dans les conditions prévues par la loi et les principes généraux du droit international.

Les expropriés invoquaient une atteinte à leur droit de propriété dès lors que, diminuée de ce prélèvement fiscal, l’indemnité d’expropriation qui leur avait été octroyée était inférieure à la valeur marchande de leurs biens.

Dans ces deux arrêts du 16 janvier 2018, les juges de la Cour de Strasbourg déclarent irrecevables les requêtes des expropriés.

Le contrôle de la Cour portait ainsi sur le caractère déraisonnable ou disproportionné de la charge que fait éventuellement peser l’impôt sur les administrés, la somme ainsi prélevée ne devant pas rompre l’équilibre nécessaire entre la protection des droits des administrés et l’intérêt général qui s’attache à son prélèvement.

En l’espèce, la Cour déclare irrecevables les requêtes au motif notamment que le taux de 20 % appliqué aux indemnités d’expropriation ne peut, en lui-même, être regardé comme disproportionné ou déraisonnable. Il en aurait été différemment si le paiement de l’impôt avait eu pour effet de priver les expropriés de leur indemnisation ou si cette taxe avait fondamentalement compromis la situation financière des requérants.

La Cour rappelle que l’alinéa 1er de l’article 1er du protocole n°1 à la Convention européenne prévoit effectivement que chacun a droit au respect de ses biens. Mais elle précise également que l’alinéa 2 de cet article indique que les Etats ont droit « de mettre en vigueur les lois qu’ils jugent nécessaires pour réglementer l’usage des biens conformément à l’intérêt général ou pour assurer le paiement des impôts […] ».

Les Etats disposent à ce titre d’une marge d’appréciation en matière fiscale qui leur permet notamment de décider du type d’impôt à lever, et du procédé (pour un arrêt récent en ce sens : CEDH, « Arnaud et autres c/ France », 15 janvier 2015, n°36918/11).

La marge d’appréciation des Etats doit toutefois respecter une base raisonnable, qui tient compte d’un juste équilibre entre les exigences de l’intérêt général de la communauté et les impératifs de la sauvegarde des droits fondamentaux des individus (en ce sens, CEDH « Arnaud et autres c/ France », précité).

A rapprocher : CEDH, « Arnaud et autres c/ France », 15 janvier 2015, n°36918/11 ; CEDH, « Messana c/ Italie », 9 février 2017, n°26128/04

VOIR AUSSI

Le Club des Clubs Immobiliers à Stockholm !

Retour sur le voyage organisé le 14 juin 2018

- Vu : 431

SIMON ASSOCIÉS était partenaire du voyage à Stockholm organisé par le Club des Clubs Immobiliers le 14 juin 2018. Amélie PINÇON et Elise KOSMAN, qui ont participé, nous racontent.

> Lire la suite

Simon Associés lance le Yingke-Simon China Center à Paris

Article paru dans CF NEWS le 20 avril 2017

- Vu : 567

"Simon Associés crée avec son nouveau partenaire chinois, Yingke, une plateforme pour accompagner les entreprises dans leur stratégie globale d'implantation dans les deux continents."

> Lire la suite


Les plus vus...
Élément d’équipement dissociable – Feu ! dans la garantie décennale
6 novembre 2017 - Vu : 10215
[...] les désordres affectant des éléments d’équipement, dissociables ou non, d’origine ou installés sur existant, relèvent de la responsabilité ...
> Lire la suite
Caducité de plein droit de la promesse de vente en cas de défaillance de la condition suspensive
31 mars 2017 - Vu : 9524
La Cour de cassation précise le sort de la promesse synallagmatique de vente assortie de conditions suspensives non réalisées à ...
> Lire la suite
VEFA - Causes légitimes de suspension du délai de livraison
4 septembre 2017 - Vu : 7930
Dans la vente en état futur d’achèvement, les jours d'intempéries antérieurs à la date d'acquisition peuvent ne pas ...
> Lire la suite
Etat des risques : nouvelles informations issues de l’arrêté du 18 décembre 2017
8 mars 2018 - Vu : 5609
L’arrêté du 18 décembre 2017, dont les dispositions sont entrées en vigueur le 1er janvier 2018, remplace l’imprimé répertoriant les ...
> Lire la suite
Copyright ©2017 La lettre de l'Immobilier | Création et réalisation Webcd©