webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation Notre approche Nos départements Nos avocats Nos distinctions Nous contacter Equipe immobilier Agenda / évènements Nos événements Autres événements Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Réseau Simon Avocats Actifs / Propriete Immobilière Aménagement / Urbanisme Baux Civils / Commerciaux Construction / Responsabilité Des Constructeurs Copropriété Gestion Immobilière / Professions Immobilières Fiscalité International Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre de l'immobilier
L'actualité juridique et économique des acteurs de l’immobilier par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >Baux Civils / Commerciaux

Responsabilité pénale du bailleur en cas de réalisation de constructions illégales par le preneur

Cass. crim., 24 octobre 2017, n°16-87.178

Le bailleur est responsable pénalement des travaux réalisés illégalement par le preneur s’il est le bénéficiaire desdits travaux et s’il n’utilise pas ses prérogatives contractuelles pour contraindre le preneur au respect des règles d’urbanisme lors de ces travaux.

Ce qu’il faut retenir : Le bailleur est responsable pénalement des travaux réalisés illégalement par le preneur s’il est le bénéficiaire desdits travaux et s’il n’utilise pas ses prérogatives contractuelles pour contraindre le preneur au respect des règles d’urbanisme lors de ces travaux.  

Pour approfondir : En l’espèce, le propriétaire d’une parcelle classée par le plan d’occupation des sols en zone non constructible, sauf pour la construction d’équipements agricoles, l’a divisée et donnée à bail à divers entrepreneurs pour y déposer des matériaux, engins, véhicules hors d’usage, moyennant un loyer. Parmi ces différents baux, il a loué un terrain à des entreprises de travaux publics et de transport pour qu’elles puissent y placer des conteneurs servant de bâtiments préfabriqués. Au cours du bail, le preneur a alors construit sur un terrain un hangar et des conteneurs sans les permis de construire requis.

La Cour d’appel a déclaré le bailleur coupable de deux infractions pénales aux règles d’urbanisme : l’absence de permis de construire pour les constructions réalisées et la violation du plan d’occupation des sols. Elle l’a condamné au paiement d’une amende et à la mise en conformité des lieux dans un délai de dix-huit mois sous astreinte.

La Cour de cassation valide l’arrêt d’appel. La responsabilité pénale du bailleur peut être engagée lorsque des travaux dont il est bénéficiaire sont réalisés illégalement par le preneur. Le droit pénal de l’urbanisme délimite, en effet, de manière extensive le champ des personnes contre lesquelles l’action pénale peut être engagée. L’article L.480-4 du Code de l’urbanisme prévoit notamment que les bénéficiaires de travaux peuvent être poursuivis pour des infractions pénales commises lors de la réalisation des travaux.

La qualité de bénéficiaire des travaux résulte ici du cadre juridique mis en place et des loyers versés par le preneur qui en sont la contrepartie. Le bailleur, ayant loué ces terrains pour qu’y soient placées certaines constructions moyennant un loyer, apparaît comme le véritable bénéficiaire des travaux. Il est dès lors responsable du respect de la règlementation d’urbanisme pour ces travaux et peut voir sa responsabilité pénale engagée s’il ne met pas en œuvre ses prérogatives contractuelles pour contraindre le preneur à se conformer aux règles d’urbanisme.

Les deux infractions aux règles d’urbanisme constatées par les juges d’appel sont également confirmées. Concernant l’absence de permis pour les constructions réalisées : le hangar et les conteneurs constituent des constructions au sens de L.421-1 du Code de l’urbanisme et sont soumises au permis de construire. Concernant la violation au plan d’occupation des sols : la mise en place du hangar et des conteneurs, n’étant manifestement pas des équipements agricoles, contrevient au classement de la zone.

Enfin, la Cour de cassation précise que le délai fixé par les juges pour la mise en conformité des terrains par le bailleur commence à courir à compter du jour où la décision est passée en force de chose jugée, ou en cas de pourvoi à compter du jour où la décision, devenue définitive, est exécutoire.

A rapprocher : L.480-4 Code de l’urbanisme ; Cass. crim., 9 avril 1992, n°91-86.021 : Le propriétaire d’une maison d’habitation qui loue celle-ci pour y exploiter une auberge et autorise à cette fin le preneur à réaliser des travaux effectués avec son accord sans permis de construire est bien le bénéficiaire des travaux au sens de L.480-4 alinéa 2 du Code de l’urbanisme ; Cass. crim., 18 novembre 2014, n°13-88.130 : Les juges d’appel n’ont pas établi que le bailleur ait été bénéficiaire des travaux irréguliers en se contentant de relever qu’à la date d’acquisition des parcelles il ne pouvait ignorer la présence de ces constructions irrégulières et de l’activité équestre qui y était pratiquée. 

 

apincon@simonassocies.com

VOIR AUSSI

Baux commerciaux : des effets de la vente immobilière sur les obligations du bailleur initial

Cass. civ. 3ème, 23 janvier 2020, n°18-19.589

- Vu : 1362

En cas de vente des locaux donnés à bail, le bailleur originaire n’est pas déchargé à l’égard du preneur des conséquences dommageables de l’inexécution de ses obligations par une clause contenue dans l’acte de vente subrogeant l’acquéreur dans les droits et obligations du vendeur.

> Lire la suite

Des honoraires de gestion locative dans les baux commerciaux

- Vu : 4515

Le décret n°2014-1317 du 3 novembre 2014 fixant les modalités d’application de l’article L.145-40-2 et ayant institué l’article R.145-35 du Code de commerce, liste explicitement, parmi les dépenses ne pouvant pas être imputées au locataire, « les honoraires du bailleur liés à la gestion des loyers du local ou de l'immeuble faisant l'objet du bail ». Le nouveau texte n’écarte pas la faculté pour le bailleur de refacturer toute prestation relevant de la gestion locative, mais uniquement celles se rattachant spécifiquement à la « gestion des loyers ».

> Lire la suite


Les plus vus...
Élément d’équipement dissociable – Feu ! dans la garantie décennale
6 novembre 2017 - Vu : 18612
[...] les désordres affectant des éléments d’équipement, dissociables ou non, d’origine ou installés sur existant, relèvent de la responsabilité ...
> Lire la suite
VEFA - Causes légitimes de suspension du délai de livraison
4 septembre 2017 - Vu : 17306
Dans la vente en état futur d’achèvement, les jours d'intempéries antérieurs à la date d'acquisition peuvent ne pas ...
> Lire la suite
Caducité de plein droit de la promesse de vente en cas de défaillance de la condition suspensive
31 mars 2017 - Vu : 16499
La Cour de cassation précise le sort de la promesse synallagmatique de vente assortie de conditions suspensives non réalisées à ...
> Lire la suite
Vente immobilière : l’obligation de publier une assignation en nullité ne porte pas atteinte au droit d'accès au juge
4 septembre 2017 - Vu : 13482
L’obligation de publier une assignation en nullité de vente immobilière dans les registres du service chargé de la ...
> Lire la suite
Copyright ©2017 La lettre de l'Immobilier | Création et réalisation Webcd©