webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation Notre approche Nos départements Nos avocats Nos distinctions Nous contacter Equipe immobilier Agenda / évènements Nos événements Autres événements Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Réseau Simon Avocats Actifs / Propriete Immobilière Aménagement / Urbanisme Baux Civils / Commerciaux Construction / Responsabilité Des Constructeurs Copropriété Gestion Immobilière / Professions Immobilières Fiscalité International Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre de l'immobilier
L'actualité juridique et économique des acteurs de l’immobilier par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >Baux Civils / Commerciaux

Mise en ligne des formulaires CERFA relatifs à la demande de mise en location d’un logement

Arrêtés du 27 mars 2017, JO 4 avril 2017

La loi ALUR du 14 mars 2014 et son décret du 19 décembre 2016, relatif aux régimes de déclaration et d'autorisation préalable de mise en location, créent la possibilité pour les communes de contrôler la qualité des logements mis en location sur leur territoire.

Ce qu’il faut retenir : La loi ALUR du 14 mars 2014 et son décret du 19 décembre 2016 relatif aux régimes de déclaration et d'autorisation préalable de mise en location, créent la possibilité pour les communes de contrôler la qualité des logements mis en location sur leur territoire. Depuis le 4 avril 2017, cette procédure est facilitée par la possibilité de télécharger sur le site http://www.service-public.fr, les formulaires CERFA relatifs à la déclaration ou à l’autorisation préalable de mise en location d’un logement.
 

Pour approfondir : La loi ALUR permet aux établissements de coopération intercommunale (EPCI) et aux communes volontaires de définir des secteurs géographiques, et en option des catégories et caractéristiques de logements ou ensembles immobiliers, pour lesquels la mise en location d’un bien doit faire l’objet :

  • d’une déclaration de mise en location par le bailleur (articles L 634-1 à L 634-5 du code de la construction et de l’habitation) ;
     
  • ou d’une demande d’autorisation préalable par le bailleur, sur les territoires présentant une proportion importante d’habitat dégradé (articles L 635-1 à L 635-11 du code de la construction et de l’habitation).
     

1. Le régime de la déclaration de mise en location obligera les propriétaires disposant de bien pour une nouvelle location, à déclarer à la collectivité la mise en location d’un bien dans les 15 jours suivant la conclusion d’un nouveau contrat de location. A cet effet, le propriétaire devra remplir un formulaire de déclaration de mise en location de logement (CERFA n°15651). Ce formulaire est accompagné d’une notice explicative (CERFA n°52147).

Le décret du 19 décembre 2016 précise le contenu de la déclaration, dont le dépôt donnera lieu à la délivrance d’un récépissé dans un délai d’une semaine suivant le dépôt d’une déclaration complète, ainsi que la possibilité d’une régularisation a posteriori lorsque le bien a été mis en location sans que la déclaration n’ait été déposée.
 

2. Le régime d’autorisation préalable de mise en location est plus contraignant puisqu’il conditionne la conclusion d’un contrat de location à l’obtention préalable d’une autorisation par le président de l’EPIC ou par le maire de la commune. Afin d’obtenir cette autorisation, le propriétaire du bien devra remplir le formulaire CERFA n°15652. (v. également la notice explicative, formulaire CERFA n°52148).

Délivrée dans un délai d’un mois, le décret précise que cette autorisation est valable deux ans suivant sa délivrance. Le transfert de l’autorisation au nouveau propriétaire d’un logement loué est possible et s’effectue sur simple déclaration auprès de l’EPCI ou de la commune (formulaire CERFA n°15653 + CERFA n°52149).

Cette autorisation ne pourra être délivrée à un logement situé dans un immeuble faisant l’objet d’un arrêté d’insalubrité ou de péril (Article L 635-9 du code de la construction et de l’habitation). Pour tout logement considéré comme « susceptible de porter atteinte à la sécurité des occupants et à la salubrité publique » la demande pourra donner lieu à une autorisation sous conditions de travaux ou d’aménagements préalables.

Le décret du 19 décembre 2016 précise en outre le contenu de la demande d’autorisation, les modalités de son éventuel transfert à un nouveau propriétaire ainsi que les modalités de régularisation en cas de mise en location sans demande d’autorisation préalable.


3. Les propriétaires contrevenants au respect de la déclaration ou de l’autorisation préalable de mise en location seront passibles d’amendes pouvant aller jusqu’à 5 000 €, voire 15 000 € en cas de location d’un bien en dépit d’un avis défavorable de l’EPCI ou du maire à l’autorisation préalable.

C’est la délibération de la commune (conseil municipal ou organe délibérant de l’EPCI), délimitant ces zones, qui précisera la date d’entrée en vigueur du dispositif, celle-ci ne pouvant être fixée à un délai inférieur à six mois à compter de la publication de ladite délibération. La mise en œuvre de ce dispositif dépendra désormais du bon vouloir des mairies ou des EPCI.

Le dispositif est applicable aux logements mis en location dont le contrat est soumis à la loi n°89-462 du 6 juillet 1989, y-compris aux logements meublés résidence principale. Il ne concerne ni les hébergements touristiques, ni les baux commerciaux. Le dispositif ne s’applique pas aux baux en cours, ni aux contrats portant reconduction ou renouvellement (R. 634-1 et R. 635-1 du CCH).
 

A rapprocher : Articles L 634-1 à L 634-5 du code de la construction et de l’habitation ; Articles L 635-1 à L 635-11 du code de la construction et de l’habitation ; Formulaire de déclaration de mise en location de logement ; Formulaire de demande d’autorisation préalable à la mise en location de logement ; Formulaire de déclaration de transfert de l’autorisation préalable de mise en location de logement 

 

ekosman@simonassocies.com

VOIR AUSSI

Autorité de la chose jugée d’une décision rendue à la suite du non renouvellement d’un bail commercial - Possibilité de répéter les indemnités versées

Cass. civ. 3ème, 28 mars 2019, n°17-17.501

- Vu : 1578

L'autorité de la chose jugée ne peut être opposée lorsque des événements postérieurs sont venus modifier la situation antérieurement reconnue en justice ; ainsi, les juges peuvent condamner l’ancien locataire de locaux commerciaux, sur le fondement de la répétition de l’indu, à rembourser les indemnités perçues en exécution d’une décision devenue irrévocable.

> Lire la suite

Bail commercial et Grenelle 2 : le décret tant attendu est enfin paru

Décret n°2017-918 du 9 mai 2017, JO 10 mai

- Vu : 3038

Mesure phare de la loi Grenelle II du 12 juillet 2010, le décret du 9 mai 2017 définit, après plus de 6 ans d’attente, une obligation de diminution de la consommation énergétique des bâtiments tertiaires de 25% d’ici à 2020.

> Lire la suite


Les plus vus...
Élément d’équipement dissociable – Feu ! dans la garantie décennale
6 novembre 2017 - Vu : 18289
[...] les désordres affectant des éléments d’équipement, dissociables ou non, d’origine ou installés sur existant, relèvent de la responsabilité ...
> Lire la suite
VEFA - Causes légitimes de suspension du délai de livraison
4 septembre 2017 - Vu : 16985
Dans la vente en état futur d’achèvement, les jours d'intempéries antérieurs à la date d'acquisition peuvent ne pas ...
> Lire la suite
Caducité de plein droit de la promesse de vente en cas de défaillance de la condition suspensive
31 mars 2017 - Vu : 16099
La Cour de cassation précise le sort de la promesse synallagmatique de vente assortie de conditions suspensives non réalisées à ...
> Lire la suite
Vente immobilière : l’obligation de publier une assignation en nullité ne porte pas atteinte au droit d'accès au juge
4 septembre 2017 - Vu : 13031
L’obligation de publier une assignation en nullité de vente immobilière dans les registres du service chargé de la ...
> Lire la suite
Copyright ©2017 La lettre de l'Immobilier | Création et réalisation Webcd©