webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation Notre approche Nos départements Nos avocats Nos distinctions Nous contacter Equipe immobilier Agenda / évènements Nos événements Autres événements Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Réseau Simon Avocats Actifs / Propriete Immobilière Aménagement / Urbanisme Baux Civils / Commerciaux Construction / Responsabilité Des Constructeurs Copropriété Gestion Immobilière / Professions Immobilières Fiscalité International Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre de l'immobilier
L'actualité juridique et économique des acteurs de l’immobilier par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >Baux Civils / Commerciaux

Clause subrogeant le preneur dans les droits du bailleur envers l’assureur dommages-ouvrage et garantie des vices cachés

Cass. civ., 3ème, 2 mars 2017, n°15-24.876

La clause subrogeant le preneur dans les droits du bailleur envers l’assureur dommages-ouvrage n’est pas de nature à exonérer le bailleur de la garantie légale des vices cachés instituée par l’article 1721 du Code civil.

Ce qu’il faut retenir : La clause subrogeant le preneur dans les droits du bailleur envers l’assureur dommages-ouvrage n’est pas de nature à exonérer le bailleur de la garantie légale des vices cachés instituée par l’article 1721 du Code civil.

 

Pour approfondir : En l’espèce, un bail commercial a été consenti le 29 septembre 2010 portant sur des locaux à destination de résidence de tourisme. Ces locaux ont été sous-loués par le preneur. Le bail principal contenait une clause aux termes de laquelle, en cas d’évènement exceptionnel affectant la résidence et ne permettant pas une occupation effective et normale du bien, le loyer serait suspendu. En outre, le bail prévoyait également une clause subrogeant irrévocablement le preneur au bailleur dans ses droits et obligations relativement à la mise en jeu contre le vendeur, de toutes les garanties découlant de la vente et de la construction, telles que les garanties d’achèvement, biennales et décennales.

Un désordre de nature décennale a été dénoncé à l’assureur dommages-ouvrage, lequel a refusé d’indemniser le preneur de la perte des sous-loyers, en arguant que l’exploitation n’avait pas été rendue impossible les désordres. Le bailleur a sollicité la condamnation du preneur principal au paiement des loyers et charges que ce dernier avait suspendu et de son côté, le preneur a sollicité la condamnation du bailleur à lui garantir la perte des sous-loyers.

Le tribunal d’instance a rejeté la demande en indemnisation du locataire principal en retenant que les désordres affectant l’appartement objet du litige relevaient de la garantie dommages-ouvrage pour laquelle, en application de la clause du bail, la société locataire avait été formellement subrogée dans les actions et droits du propriétaire, ainsi que pour percevoir les indemnités relatives aux différentes garanties de vente et de construction. Le Tribunal a ensuite retenu qu’il ne ressortait pas du bail que le propriétaire substitue sa garantie à celle de l’assureur en cas qualification différente de l’indemnité due entre l’assureur et le locataire. Le preneur s’est pourvu en cassation.

La Cour de Cassation censure cette décision au visa de l’article 1721 du Code civil, lequel prévoit qu’il « est dû garantie au preneur pour tous les vices ou défauts de la chose louée qui en empêchent l'usage, quand même le bailleur ne les aurait pas connus lors du bail. S'il résulte de ces vices ou défauts quelque perte pour le preneur, le bailleur est tenu de l'indemniser. »

La Cour de cassation retient que la clause subrogeant le preneur dans les droits du bailleur envers l’assureur dommages-ouvrage n’est pas de nature à exonérer le bailleur de la garantie légale des vices cachés instituée par l’article 1721 du Code civil.

Il convient de rappeler à ce sujet que si l’article 1721 du Code civil n’est pas d’ordre public et qu’il peut y être dérogé par des conventions particulières, la jurisprudence retient que la clause doit être expresse et non équivoque (Cass. Soc. 21 juin 1958).  

 

A rapprocher : Cass. soc., 21 juin 1958, Veuve de Montal c/ Société anonyme des Établissements Pigier

 

cmillierlegrand@simonassocies.com

VOIR AUSSI

Bail commercial et révision du loyer : il revient au juge d’adapter la clause d’échelle mobile

Cass. civ. 3ème, 17 mai 2018, n° 17-15.146

- Vu : 1405

Une clause d’indexation comportant un indice de base fixe n’entraine pas de distorsion de loyer et n’est pas illicite dès lors que la période de variation de l’indice coïncide avec la durée s’écoulant entre deux indexations.

> Lire la suite

La fin de la clause de loyer « plancher » dans le cadre de la révision légale

Cass. civ. 3ème, 30 mars 2017, FS-P+B, n°16-13.914

- Vu : 4061

Dans un arrêt rendu le 30 mars 2017, la 3ème Chambre civile de la Cour de cassation a invalidé une clause figurant dans un bail commercial aux termes de laquelle le preneur renonçait expressément pendant la durée du bail à faire fixer judiciairement le loyer à une somme inférieure au loyer contractuel.

> Lire la suite


Les plus vus...
Élément d’équipement dissociable – Feu ! dans la garantie décennale
6 novembre 2017 - Vu : 14226
[...] les désordres affectant des éléments d’équipement, dissociables ou non, d’origine ou installés sur existant, relèvent de la responsabilité ...
> Lire la suite
VEFA - Causes légitimes de suspension du délai de livraison
4 septembre 2017 - Vu : 12454
Dans la vente en état futur d’achèvement, les jours d'intempéries antérieurs à la date d'acquisition peuvent ne pas ...
> Lire la suite
Caducité de plein droit de la promesse de vente en cas de défaillance de la condition suspensive
31 mars 2017 - Vu : 12373
La Cour de cassation précise le sort de la promesse synallagmatique de vente assortie de conditions suspensives non réalisées à ...
> Lire la suite
Vente immobilière : l’obligation de publier une assignation en nullité ne porte pas atteinte au droit d'accès au juge
4 septembre 2017 - Vu : 8094
L’obligation de publier une assignation en nullité de vente immobilière dans les registres du service chargé de la ...
> Lire la suite
Copyright ©2017 La lettre de l'Immobilier | Création et réalisation Webcd©