webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation Notre approche Nos départements Nos avocats Nos distinctions Nous contacter Equipe immobilier Agenda / évènements Nos événements Autres événements Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Réseau Simon Avocats Actifs / Propriete Immobilière Aménagement / Urbanisme Baux Civils / Commerciaux Construction / Responsabilité Des Constructeurs Copropriété Gestion Immobilière / Professions Immobilières Fiscalité International Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre de l'immobilier
L'actualité juridique et économique des acteurs de l’immobilier par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >Baux Civils / Commerciaux

Agent immobilier - Mandat - Congé pour vendre

Arrêt n° 283 du 24 février 2017 (15-20.411)

Cet arrêt prononcé par la Chambre Mixte de la Cour de Cassation le 24 février 2017 opère un revirement de jurisprudence découlant de l'évolution du droit des obligations.

Cet arrêt prononcé par la Chambre Mixte de la Cour de Cassation le 24 février 2017 opère un revirement de jurisprudence découlant de l'évolution du droit des obligations.

La Cour décide que les dispositions des articles 7 alinéa 1er de la Loi n° 70-9 du 2 janvier 1970, dite Loi Hoguet et 72, alinéa 5 du décret d'application n° 72-678 du 20 juillet 1972, visent la seule protection du mandant dans ses rapports avec le mandataire, et que leur méconnaissance doit être sanctionnée par une "nullité relative".

Le litige opposait, en matière de bail d'habitation, un locataire à son bailleur à propos du congé pour vendre qui lui avait été notifié par le mandataire du Bailleur, Agent immobilier.

Le locataire pensait pouvoir arguer de la nullité du congé en invoquant la violation par l'Agent immobilier de prescriptions formelles de la loi Hoguet et de son décret d'application.

Le locataire faisait valoir que l'agent immobilier ne disposait pas d'un mandat spécial et qu'en tout état de cause, la lettre le mandatant, ne comportait ni la durée du mandat ni le numéro d'inscription sur le registre des mandats.

Jusqu'à cet arrêt  la violation des dispositions formelles de la Loi Hoguet, aurait entrainé la nullité absolue du mandat  et aurait pu en  conséquence être invoquée par toute Partie y ayant un intérêt. 

L'arrêt de la Cour d'appel avait rejeté les demandes du locataire.

La question principale était donc pour la Cour de Cassation de se prononcer sur la possibilité ou non du locataire, tiers au contrat de mandat, de se prévaloir de la violation, dans le mandat de l'Agent immobilier, des dispositions formelles de la Loi Hoguet

La Chambre mixte de la Cour de Cassation retient finalement que l'argumentation du locataire était inopérante au motif que le locataire n'avait pas qualité pour se prévaloir des irrégularités de forme affectant le mandat.

L'ordonnance n° 2016-131 du 10 février 2016 portant réforme du droit des contrats a consacré la distinction jurisprudentielle entre nullité relative ( violation d'une règle  ayant pour objet la sauvegarde d'un intérêt privé) et nullité absolue ( violation d'une règle ayant pour objet la sauvegarde d'un intérêt général)

La Chambre mixte de la Cour de Cassation tient compte de l'évolution du droit des obligations et en déduit que l'objectif des dispositions relatives  aux prescriptions formelles que doit respecter le mandat régit par la Loi Hoguet visent la seule protection du mandant dans ses rapports avec le mandataire.

La Cour de Cassation pour en justifier  observe que les dispositions  protectrices du locataire ajoutées récemment assurent "un juste équilibre" entre les intérêts de ce dernier et ceux du Bailleur.

La solution de cet arrêt fait évoluer ainsi  le caractère  impératif des dispositions formelles de la loi Hoguet  d'un ordre public de direction à un ordre public de protection.

 

cmillierlegrand@simonassocies.com

VOIR AUSSI

Baux commerciaux : le lissage Pinel (10 %) est-il constitutionnel ? Le Conseil constitutionnel est saisi

Cass. civ. 3ème, 6 février 2020, n°19-86.945

- Vu : 1717

A l’occasion d’une question prioritaire de constitutionnalité, la Cour de cassation a renvoyé au Conseil constitutionnel la question posée sur la constitutionnalité du plafonnement du déplafonnement instauré par la loi Pinel du 18 juin 2014, à savoir le lissage de l’augmentation des loyers déplafonnés à hauteur de 10 % par an. A suivre avec la prochaine décision du Conseil constitutionnel à intervenir.

> Lire la suite

Instruction du 22 mars 2017 relative à la mise en œuvre du plan interministériel pour la prévention des expulsions locatives

NOR : LHAL1709078C

- Vu : 1893

Le 31 mars 2017 a marqué la fin de la trêve hivernale pour les expulsions. A tout moment les Préfets peuvent consentir le concours de la force publique nécessaire à la mise en œuvre de l’exécution des décisions qui ont prononcé l’expulsion et qui sont exécutoires.

> Lire la suite


Les plus vus...
Élément d’équipement dissociable – Feu ! dans la garantie décennale
6 novembre 2017 - Vu : 21002
[...] les désordres affectant des éléments d’équipement, dissociables ou non, d’origine ou installés sur existant, relèvent de la responsabilité ...
> Lire la suite
VEFA - Causes légitimes de suspension du délai de livraison
4 septembre 2017 - Vu : 19358
Dans la vente en état futur d’achèvement, les jours d'intempéries antérieurs à la date d'acquisition peuvent ne pas ...
> Lire la suite
Caducité de plein droit de la promesse de vente en cas de défaillance de la condition suspensive
31 mars 2017 - Vu : 19261
La Cour de cassation précise le sort de la promesse synallagmatique de vente assortie de conditions suspensives non réalisées à ...
> Lire la suite
Vente immobilière : l’obligation de publier une assignation en nullité ne porte pas atteinte au droit d'accès au juge
4 septembre 2017 - Vu : 17040
L’obligation de publier une assignation en nullité de vente immobilière dans les registres du service chargé de la ...
> Lire la suite
Copyright ©2017 La lettre de l'Immobilier | Création et réalisation Webcd©